"Cette découverte peut sauver votre vie, ou celle d'une personne aimée !"
👍👍👍 Site approuvé par Jim Humble 👍👍👍

C'est la solution au SIDA-VIH, aux hépatites A B et C, au paludisme et autres parasites, aux herpès, acné, tuberculose et pneumonie, à la plupart des cancers et à beaucoup d'autres des pires maladies.
Mais c'est aussi votre allié au quotidien pour stopper les infections, grippes, rhumes, intoxications alimentaires, champignons et autres problèmes cutanés, pour soulager les brûlures et accélérer les cicatrisations. Mais aussi pour purifier l'eau de boisson, désinfecter une surface ou du linge, et bien d'autres choses encore ...
Déjà plusieurs millions de personnes ont utilisé ces produits dans le monde,
et des centaines de milliers s'en servent au quotidien, alors essayez-les vous aussi !

Archive for Fièvres

Témoignage MMS de la semaine :

Traduit de la newsletter du 12 fevrier 2017 www.g2voice.is

 Héy!

Mon nom est Vero et je vis au Mexique.
La première fois que j’ai entendu parler du MMS, c’était avec la sortie du film « Quantum Leap ».

Depuis, j’ai commencé à faire des recherches et j’ai commencé à faire et à prendre du MMS, puis à en donner à mes enfants, puis à le recommander à mes amis, et ils ont commencé à en donner à leurs enfants. Nous avons même un groupe WhatsApp et nous nous aidons mutuellement avec des informations sur la santé.

Merci Mark et Joe pour tout votre travail et Jim, oh mon Dieu! Dieu bénisse cet homme et tous ceux qui aident l’humanité à se réveiller et à rendre possible ce changement positif dans le monde.

Donc, dans notre groupe de mamans, nous avons eu de très bons résultats concernant l’estomac, les oreilles, la gorge, les infections chez nos enfants. Les symptômes d’allergie, d’intoxication alimentaire, les éruptions cutanées, le nez bouché, les coupures, etc.

Nous sommes si heureux avec le MMS, et je l’utilise et le recommande à chaque personne qui est disposée à écouter, tout le monde qui prend devient mieux.

Les gens ici au Mexique ont encore un peu peur et écoutent les médecins, mais je prie Dieu pour eux, qu’ils vont bientôt réaliser les dommages que les «médicaments» font à leurs corps.

J’ai écouté vos émissions et elles m’ont beaucoup aidée pour en savoir plus sur le fonctionnement du corps, alors merci pour ça. Et au sujet des vaccins, j’ai 4 enfants, les 2 premiers que j’ai vaccinés et les deux plus jeunes que je n’ai pas. Je peux voir une grande différence dans la façon dont ils réagissent. Les deux premiers avaient des allergies, ils sont tombés malades une fois par mois étant bébés et ils ont toujours du mal à se contrôler et à se concentrer. Je dois avouer que je ne leur ai pas donné le protocole 1000 tout entier, mais je sais que quand j’aurai la chance de vraiment finir leurs problèmes seront partis pour de bon puisque j’ai vu les choses disparaître avec une dose. Donc, je vais le faire.
Les plus jeunes, non vaccinés, ont un système immunitaire très fort et peuvent combattre tout rhume ou infection s’ils en ont, mais c’est très rare et quand ils le font, ils ont généralement une fièvre élevée pour une ou deux nuits et le lendemain se réveillent beaucoup mieux. Ils n’ont pas de problème avec le nez bouché, ou des allergies, ou autrechose. alors que ça a été un gros problème avec les deux plus vieux jusqu’au MMS.

Les médecins et les médicaments n’ont fait qu’empirer les choses, alors j’ai commencé à chercher des solutions de rechange et, grâce à Dieu, j’ai trouvé le meilleur et le meilleur est le MMS.

Mon mari a eu des allergies toute sa vie, problème résolu. J’étais totalement toxique et j’ai eu beaucoup de problèmes intestinaux et maintenant je me sens bien.

Je vous remercie, je ne peux pas vous remercier assez, vous avez été une inspiration et maintenant je veux prendre le cours et aider plus de gens parce que j’ai trouvé beaucoup de bonheur en aidant les autres à guérir. Je pense c’est le moyen idéal pour commencer si nous voulons guérir la planète et faire du monde un meilleur endroit.
Merci encore et resterons en contact.

Dieu vous protège! Vero

Témoignage MMS, toux et grippe

mms-temoignage-tou-et-grippe-jim-humbleTémoignage vidéo visible ici, publié le 15 Mars 2016 :

https://www.youtube.com/watch?v=dJtclhmWPiA

Mark Grénon : Bonjour, je suis avec Eric, à notre 51ème séminaire MMS, en Californie, USA, près de la frontière Méxicaine.

Eric : J’ai découvert le MMS par un site internet. J’ai fais une recherche approfondie. Quand j’ai vu qu’il y avait un séminaire je me suis inscris de suite. J’ai demandé à Johnatan de m’inscrire.

Ma première prise de MMS1, 1 goutte, fut le jour avant le nouvel an. Je me rappelle avoir une forte grippe à ce moment là, et elle est presque partie immédiatement, et le lendemain matin j’étais sûr qu’il y avait quelquechose d’important avec ce MMS1.

J’ai donc continué à en prendre, doucement, 1 goutte par heure, car je ne voulais pas arriver trop vite à 3 gouttes par heure, ce qui me paraissait beaucoup.

J’avais toujours ces coups de froid, ces écoulements de nez et autres, tous les matins avec le froid, à chaque changements de température.

Et cela a disparu, et j’avais toujours de la force quand les températures baissaient, et je sentais avoir plus d’énergie, comme si quelquechose en moi me rendait plus fort.

Donc j’ai continué à suivre le protocole 1000.

Et comme j’ai des problèmes de diabète depuis l’âge de 20 ans, j’en ai plus de 40 maintenant, je compte sur le MMS pour permettre à mon corps de se réparer et petit à petit pouvoir arrêter les prises d’insuline.

J’ai lu des témoignages de gens qui ont réussi cela.

Mark Grénon : C’est parfait, continu dans cette direction !

Fin de la traduction.

 

➡ Pour vous procurer les MMS1 et 2 (appelés aussi WPS 1 et 2), cliquez ici : http://mmsfrancais.com

 

Témoignage de guérison de fièvre du moustique avec le MMS !

Témoignage vidéo publié le 26 juin 2014, a voir ici sur le compte Youtube de Jim Humble

temoignage-video-fievre-moustique-2014Début de traduction de la vidéo :
Guérison de fièvre du moustique avec le MMS – Témoignage MMS lors du séminaire en République Dominicaine 2014

– Bonjour, je suis Joe de la Génésis II, et j’ai avec moi une jeune femme que j’ai rencontrée ici il y a 2 jours, et qui semblait souffrir de problèmes musculaires.
Voici Jina, c’est la jeune femme qui souffrait de douleurs musculaires, et qui avait attrapé une fièvre véhiculée par les moustiques locaux, ici en République Dominicaine.

Je vais demander (en Français) à mon traducteur qui parle Espagnol et Français.
Pouvez-vous lui demander comment était sa santé avant de prendre le CDS ?

01mn25 : Jina : En Espagnol, très expressif avec quelques pas de dance.

02mn00 : traducteur : Elle dit qu’elle va bien, alors qu’avant elle avait des douleurs dans les mains, dans tout le corps. Mais maintenant, après avoir pris le CDS, elle se sent bien, elle peut marcher.

Joe : Comme vous avez pu le voir, sa dance démontre que maintenant elle n’a plus du tout de douleurs, et elle remercie beaucoup pour cette guérison avec le MMS.

Fin de la traduction.

Je vous rappelle que déjà 90 témoignages vidéo ont été publiés sur ce compte Youtube de Jim Humble, filmés durant les séminaires MMS.

Grippe H1N1 : Tous sous Tamiflu ?

L’article au complet http://newsoftomorrow.org/spip.php?article7026

Un communiqué du ministère de la santé en date du 10/12/2009 (http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/nouvelles-recommandations-sur-la-prise-en-charge-des-patients-grippes-10-decembre-2009.html) préconise aux médecins de prescrire systématiquement un traitement antiviral (Tamiflu notamment) à tous les patients porteur d’un syndrome grippal ! Le même communiqué indique également que les stocks nationaux en médicament anti-viraux vont être mis à disposition des officines à compter du 21 Décembre. Cette information a été relayée, avec effet d’application immédiat, par le système d’alerte par mail « DGS-urgent » de la direction générale de la santé, information que tous les professionnels de santé inscrit ont donc reçu. Ceci donne indéniablement un caractère d’importance et d’urgence sans équivoque à cette recommandation…

img_tamiflu_pilules

En tant que médecin généraliste, concerné en première ligne par cette recommandation, je suis tout d’abord surpris que cette incitation à la prescription massive d’antiviral (Tamiflu notamment) ne soit accompagnée d’aucune argumentation objectivant une gravité particulière de la grippe H1N1 actuellement en circulation en France qui pourrait remettre en cause l’indication usuelle du traitement par antiviral d’un syndrome grippal, traitement réservé habituellement aux contre-indications vaccinales et aux patients à risques. On pourra à ce sujet se reporter à l’avis de la revue spécialisée Prescrire, revue indépendante de tout financement de l’industrie pharmaceutique, et qui précise au vu des données actuellement disponibles : « Prendre en compte les effets indésirables, les incertitudes diagnostiques et les incertitudes sur l’efficacité incite à réserver les antiviraux aux patients à risque élévé de complication grave, ayant été en contact étroit avec une personne apparemment contagieuse d’une grippe H1N1 confirmée, ou très probable car dans la période du pic épidémique »(Revue Prescrire, Novembre 2009, n°313, p. 849). Et de rappeler les effets indésirables bien connus et fréquents du Tamiflu, notamment les nausées-vômissements dans 30% des cas ainsi que certains effets parfois graves. Remettre en cause cette attitude de prescription rationnelle et argumentée ne pourrait se concevoir qu’en présence d’éléments nouveaux objectifs qui ne nous sont pas précisés par le communiqué du ministère de la santé : tout au plus un vague « avis d’expert » est évoqué pour justifier la décision…

Mais le plus inquiétant, c’est que cette recommandation de prescription massive d’antiviraux, qui ne semble pas objectivement justifiée à ce stade comme nous venons de le voir, pourrait avoir deux effets dramatiques à moyen voire court terme.

Tout d’abord, traiter massivement par antiviraux à grande échelle crée les conditions pour qu’une souche virale H1N1 résistante aux antiviraux disponibles émerge et se mette à circuler. Ce n’est pas de la science-fiction puisque des cas de résistance au antiviraux sont rapportés d’ores et déjà par l’INVS en France. Et ce n’est pas être catastrophiste que d’annoncer cela : c’est du simple bon sens « biologique ». Si l’on soumet massivement une population bactérienne aux antibiotiques par exemple, la « sélection artificielle » qui en découle fait émerger les souches résistantes. Il n’y a aucune raison de penser qu’un tel phénomène ne se produirait pas avec le virus H1N1, bien au contraire. En tout cas, prendre un tel risque semble démesuré par rapport à la situation actuelle qui semble tout de même assez bien maîtrisée en termes de gravité et de mortalité.

Enfin, il serait dramatique de se tromper de pandémie… et de mobiliser les stocks nationaux d’antiviraux sur une grippe dont la gravité reste somme toute modeste, ce qui conduirait à ne plus avoir de stocks pour faire face à une éventuelle nouvelle pandémie nettement plus agressive. Je pense que n’importe quel stratège serait d’accord pour dire qu’il ne faut pas engager toutes ses forces dans la bataille au risque de découvrir ses arrières…

(L’auteur a aussi un article surprenant, pour les alchimistes avertis : http://newsoftomorrow.org/spip.php?article5627 )

 

Grippe A et vaccins : posez vos questions à deux experts

Article de Rue 89.
http://www.rue89.com/2009/12/12/posez-vos-questions-sur-la-grippe-a-a-deux-experts-129644

94 millions de doses de vaccins, 139 morts en France (seul pays d’Europe occidentale où l’épidémie n’a pas encore atteint son pic), un enfant décédé après peu après après reçu son injection : de quoi raviver interrogations et fantasmes autour de la grippe A.

Rue89 met autour de la table deux invités de marque, Bruno Lina et Marc Gentilini, qui ne sont pas forcément d’accord sur le sujet, mais ont accepté de repondre aux questions des riverains.

– Bruno Lina est le chef de laboratoire de virologie au CHU de Lyon est directeur de l’unité du CNRS pour le H1N1 ainsi que du Centre national de référence des virus influenzae région sud. Ce ne sont que deux de ses multiples casquettes : il conseille aussi des labos, comme il s’en était expliqué sur Rue89.
– Marc Gentilini est surtout connu comme ancien président de la Croix-Rouge. Il est davantage en retrait de l’actualité, mais n’en a pas moins un CV impressionnant : il est président honoraire de l’Académie de médecine (et encore de la Croix-Rouge), et professeur emerite des maladies infectieuses et tropicales à la pitié salpé paris, service qu’il a créé et dirigé pendant vingt-cinq ans.
Le dernier bulletin de l’INVS en date du 11 décembre, annonce 710 personnes hospitalisées depuis le début de l’épidémie, dont 184 toujours en réanimation. La cellule de crise du ministère de l’Intérieur annonçait dans sa conférence de presse de ce jeudi :

« Le cap des 3 millions de Français vaccinés sera donc atteint ce week-end, un mois après le lancement de la campagne. »

« Et les 2 milliards de masques, ils sont où ? »
Le ministère de la Santé nous annonce aussi que parmi les personnes décédées, seulement 16% ne présentaient pas de risques et que 4,6 millions de personnes auraient eu la grippe depuis le mois d’août. Mais comment en être sûr, dans la mesure où très peu de personnes malades de la grippe savent si elles ont contracté le H1N1 ?

Dans les derniers articles que nous avons publiés sur la grippe, on lisait votre désarroi. Extraits de quelques uns de vos commentaires :

— « Un taux de mortalité d’à peu près 0.03 pour mille… soit la bagatelle de 30 fois moins que la grippe saisonnière… du coup je me pose une question en forme d’alternative : si les chiffres sont vrais, cette grippe est encore nettement plus ridicule que je le croyais ? Et s’ils ont gonflés les 4 millions pour montrer que ça va vite et qu’on aille gentiment se faire vacciner ? »
— « Et les 2 milliards de masques commandés par la France, ils sont où ? Ca ne serait pas utile en ce moment ? Ils sont complètement à la ramasse la haut ! »
— « S’ils m’avait proposé un vaccin sans adjuvant, je l’aurais accepté, mais le Pandémrix (vaccin proposé dans notre région) ne me dit rien qui vaille. Développer trop rapidement selon moi, et les rapport de pharmacovigilances français et européen ne sont pas en phase, il existe des différences notables. »

Bref, les questions seront nombreuses. Mais attention à ne pas demander à nos experts de vous faire une consultation individuelle par Internet, ils nous ont d’emblée prévenu qu’un tel avis serait contraire à la déontologie. Ils répondront sur ce qu’ils peuvent, avec ce qu’ils savent, ce qui vous aidera à vous faire votre propre avis.

J’ai été témoin sur place de l’épidémie de grippe de 1918

Courriel de Armand au Québec, Canada.
http://ameliorermasante.com/2009/07/20/vaccination-et-grippe-espagnole-par-un-temoinle-dr-eleanor-mac-bean/

Je vous fait part d’un témoignage très intéressant, celui d’un Docteur en Pharmacie, le Dr Eleanor Mac Bean: voici son texte…
« J’ai été témoin sur place de l’épidémie de grippe de 1918 ».

Dr Eleanor McBean,
Tous les médecins et les gens qui ont vécu à l’époque de l’épidémie de grippe espagnole de 1918 disent que ce fut la maladie la plus terrible que le monde ait jamais connue. Des hommes vigoureux et robustes pouvaient ainsi mourir du jour au lendemain. La maladie présentait les aspects de la peste noire, comme aussi de la fièvre typhoïde, de la diphtérie, de la pneumonie, de la variole, des maladies paralytiques, comme d’autres maladies contre lesquelles les populations avaient été vaccinées juste après la première guerre mondiale. On avait administré quantité de vaccins et de sérums toxiques à pratiquement toute la population. La situation devint réellement tragique quand éclatèrent tout d’un coup ces maladies engendrées par la médecine.

La pandémie s’éternisa deux ans, nourrie par les médicaments toxiques que les médecins prescrivaient pour supprimer les symptômes. Pour autant que j’aie pu l’observer, la grippe atteignait essentiellement les vaccinés. Ceux qui avaient refusé la vaccination échappaient à la maladie. Ma famille avait refusé toutes les vaccinations ; c’est ainsi que nous sommes restés tout le temps en excellente santé. Nous savions de par les enseignements de Graham, Trail, Tilden et d’autres qu’on ne peut contaminer le corps avec des poisons sans que celui-ci ne devienne malade.

Quand l’épidémie atteignit son paroxysme, tous les magasins, les écoles, les entreprises étaient fermés et même jusqu’à l’hôpital. Les infirmières et les médecins qui s’étaient fait vacciner étaient terrassés par la maladie. On ne voyait plus personne dans les rues. La ville était devenue une ville fantôme. Comme notre famille (qui n’avait pas accepté les vaccinations) semblait être une des rares familles à ne pas avoir attrapé la grippe, mes parents couraient de maison en maison pour s’occuper des malades, vu qu’il était impossible de trouver un médecin. Si c’étaient les germes, les bactéries, les virus ou les bacilles qui devaient en fait provoquer la maladie, ils auraient eu cent fois l’occasion de s’attaquer à mes parents qui passaient plusieurs heures par jour dans les chambres de malades. Pourtant mes parents ne contractèrent jamais la grippe et ne rapportèrent à la maison aucun germe qui aurait pu s’attaquer aux enfants. Aucun membre de notre famille ne fut atteint par la grippe ; il n’y eut même pas le moindre rhume alors que l’hiver était rude et la neige épaisse.

On a dit que l’épidémie de grippe de 1918 avait tué 20.000.000 de personnes dans le monde (20 millions). Mais en fait ce furent les médecins qui occasionnèrent cette hécatombe avec leurs traitements grossiers et meurtriers. C’est une terrible accusation, mais elle n’en demeure pas moins vraie, s’il faut en juger par les succès obtenus par les médecins n’utilisant pas les médicaments.

Alors que pour les médecins et les hôpitaux traditionnels, les décès s’élevaient à 33%, les autres hôpitaux (non traditionnels) comme BATTLE CREEK, KELLOGG, MACFADDEN’S HEALTH-RESTORIUM obtenaient pratiquement 100% de guérisons avec des méthodes naturelles simples comme les cures d’eau, les bains, les lavements, le jeûne, des régimes alimentaires très bien étudiés comprenant essentiellement de la nourriture naturelle. Un médecin que nous avons connu n’a pas perdu un seul patient de la grippe en huit ans…

Si les médecins classiques avaient été aussi éclairés que les thérapeutes utilisant les méthodes naturelles, on n’aurait sûrement jamais parlé de 20.000.000 morts suite au traitement médical officiel de la grippe.

Chez les militaires vaccinés, la maladie a frappé sept fois plus que chez les civils non vaccinés. Ces soldats souffraient en fait des maladies contre lesquelles ils avaient été vaccinés. Un soldat qui, en 1912, était rentré des territoires d’outre mer m’avait confié que les hôpitaux militaires étaient remplis de cas de paralysie infantile et il se demandait comment il était possible que des adultes puissent contracter une maladie d’enfance. Nous savons maintenant que la paralysie est une suite classique d’un empoisonnement vaccinal. Chez nous la paralysie n’est apparue qu’après la campagne de vaccination massive de 1918.

Dr Eleonora McBean, Chapter 2 from the book « Swine flu Exposed », 1977
Cité par le Dr L.DAY,M.D. dans “How one wicked nation can kill billions around the world—with one lie !

Une mutation du virus confirmée en Norvège, article de RFI

http://www.rfi.fr/contenu/20091121-une-mutation-virus-confirmee-norvege

vaccin_grippeA_h1n1L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé que la Norvège avait mis en évidence une nouvelle mutation du virus A (H1-N1). Trois patients ont été contaminés. Particulièrement virulent, le virus est cependant sensible aux traitements.

Avec notre correspondant à Genève, Laurent Mossu
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été officiellement informée du constat de mutation du virus de la grippe A (H1-N1), dressé par les autorités norvégiennes.
Les virus en question ont été isolés dans trois cas : deux sur le corps de personnes décédées et un sur un malade gravement atteint.

Les scientifiques norvégiens, qui ont analysé les échantillons recueillis sur plus de 70 patients, n’ont détecté aucun autre cas de mutation. A ce stade, dit l’Organisation mondiale de la santé, il est tout de même encore difficile d’évaluer la signification et la portée du phénomène. Mais elle précise que le virus reste sensible aux antiviraux, que l’efficacité des vaccins n’est pas remise en cause et que ceux-ci confèrent la protection attendue.

Dans une demi-douzaine de pays, des mutations avaient déjà été enregistrées depuis le printemps, sans que des effets particuliers sur l’évolution de la pandémie.

MMS – La lettre de Novembre 09

Bonjour et merci à toutes les supportrices et à tous les supporteurs du MMS.

Presque 1.000 exemplaires du Tome 1 ont été téléchargés gratuitement au mois d’Octobre, sur les sites http://lemineralmiracle.com et http://mmsfrance.com, ce qui veut dire que vous faites bien passer l’information autour de vous. Merci pour eux et pour elles.
Bien sùr il faudrait faire beaucoup plus car il y a des millions de francophones qui ne connaissent pas encore les bienfaits du MMS. Surtout avec l’hiver qui arrive, il serait bien que plus de gens puissent se protéger avec le MMS. Voici donc un rappel des pouvoirs du MMS pour changer votre vie, votre santé !

Le MMS, votre allié au quotidien :

Mieux vaut prévenir que guérir !
Une dose quotidienne de MMS (3 gouttes voir 6 gouttes ou plus), vous apporte les munitions pour parer a une attaque virale ou bactérienne, ou provenant de tout autre micro-organisme pathogène.
Avec le MMS, fini les rhumes, les angines, les grippes, les gastroentérites, les infections alimentaires, les vers et autres désagréments communs. Un miracle au quotidien !

Et si cela ne suffit pas, en cas de grosse attaque soudaine, des les premiers symptômes, passez au protocole suivant:

## Protocoles pour les grippes ##

1/ Pour ceux qui sont familiers avec le MMS, passez directement au protocole 6+6 de Clara en cas de début de grippe ou angine ou rhume.
En résumé le protocole de Clara est de prendre 6 gouttes de MMS activé, puis 6 autres gouttes après une heure. Si cela ne suffit pas, reprenez une dose toutes les heures jusqu’à disparition des symptômes.

2/ Pour ceux qui n’ont jamais pris de MMS:
Procédure suggérée pour utiliser le MMS comme remède contre les grippes,
traduit le 27 Septembre 09, de la page http://jimhumble.biz/biz-newflu.htm par JT.

1 – Dans un verre sec, mélangez 1 goutte de MMS avec 5 gouttes d’acide citrique à 10% ou de vinaigre non filtré ou de jus de citron frais. Attendez 3 minutes pour que l’activation soit complète.

2 – Ajoutez 1/2 verre d’eau ou de jus qui ne contient pas de vitamine C (la vitamine C empêche le fonctionnement du MMS). Buvez le tout aussi vite que possible

3 – Si vous ne ressentez absolument aucun changement durant cette première heure, passez à 2 gouttes pour la deuxième heure. (Utilisez toujours les 5 gouttes d’acide pour activer chaque goutte de MMS, et attendez 3 minutes) Passez à 3 gouttes pour la troisième heure si vous n’avez pas ressenti de nausée. La nausée n’est pas mauvaise, elle indique que le MMS tue des agents pathogènes. Mais ne provoquez pas de nausée volontairement en prenant plus de MMS. Au fil du temps augmentez les doses jusqu’à un maximum de 6 gouttes de MMS avec 30 gouttes d’activateur. Si vous pesez plus de 100 kilos, alors 10 gouttes seront peut-être votre dose maximum.

Gardez à l’esprit que la plupart des personnes ne pourront pas aller au delà de 3 ou 4 gouttes par heure avant de ressentir la nausée. En cas de sensation de nausée vous devez réduire le nombre de gouttes d’au moins une. La nausée apparaît lorsque le MMS tue les germes et virus plus rapidement que ce que votre système d’élimination ne peut prendre en charge. Il n’y a aucun avantage à tolérer la nausée.

4 – Continuez à prendre du MMS chaque heure pendant 12 heures. La grippe devrait être partie à la fin des 12 heures; toutefois, dans tous les cas, n’arrêtez pas les prises avant que vous ne soyez sùrs que vous êtes guéris. Si vous ressentez encore les symptômes le lendemain, soyez sùrs de continuer à prendre les mêmes doses chaque heure.
Les enfants peuvent avoir le même traitement mais ils nécessitent plus d’attention pour prévenir les sensations de nausée. Faites cela en utilisant de plus petites doses. Augmentez d’une demi goutte à chaque fois, et ne dépassez jamais 3 gouttes par heure.

5 – Continuez à prendre des doses de 6 gouttes 2 fois par jour pendant les 1 ou 2 semaines qui suivent.

6 – Pour prévenir la grippe et maintenir votre système immunitaire en excellente condition, prenez une dose de 6 gouttes de MMS chaque jour pour les adultes, et les enfants devraient prendre une dose quotidienne dépendante de leur poids et âge. Utilisez 1 goutte pour chaque tranche de 11 kg de poids corporel, et 1 goutte seulement pour les bébés.

La deuxième vague de grippe A H1N1 arrive en Europe, avec l’hiver

# Epidémie nationale de A H1N1 déclarée en Bulgarie, le 07 Novembre 09
Traduction de la page http://www.recombinomics.com/News/11070902/Bulgaria_Epi.html

Le Ministère de la Santé a pris cette décision en se basant sur le fait que le nombre de personnes infectées par la grippe a atteint 210 pour 10.000
De ce fait, toutes les écoles en Bulgarie seront fermées pour cause de grippe porcine toute la semaine prochaine. Le Ministère de la Santé recommande de limiter le nombre des évennements publics.

# Le nombre de cas en Ukraine a encore doublé, passant à 871.037 cas.
Traduction de la page http://www.recombinomics.com/News/11060901/Ukraine_4X.html

871.037 cas de grippe dont 39.603 hospitalisés et 135 décédés.
Ces chiffres provenant de la dernière mise à jour en Ukraine continuent à alarmer. Plus de la moitié des villes listées excèdent le niveau épidémique, incluant Kiev et Kiev Oblast, amenant l’inquiétude que l’augmentation du nombre de cas va s’accélérer. De plus, l’hospitalisation de 39.603 cas amène à penser que le nombre de morts va aussi s’accélérer, car 11% des cas hospitalisés sont morts en Californie.

Bien que l’OMS ait suggéré que ces chiffres alarmants soient peut être le reflet des mauvaises conditions de logements et des soins médicaux, les chiffres restent alarmants. Mill Hill indiquait qu’au moins 15 échantillons étaient positifs au H1N1, indiquant qu’en Ukraine ils ont désormais une petite base de données. …

Toutefois, parce que le virus a déjà démontré sa capacité à causer des infections fatales dans un nombre disproportionné d’enfants et d’adultes précédemment en bonne santé, de petits changements du virus pourraient conduirent à l’augmentation de la charge virale, menant à une augmentation de la fréquence des pneumonies hemoragiques, comme reporté dans les cas précédents.

Pas assez de vaccins H1N1 : pagaille et parano à Redondo

Article par Armelle Vincent, sur Rue89, le 27 Octobre 2009: http://www.rue89.com

Depuis qu’Obama a proclamé l’état d’urgence sanitaire à cause de l’épidémie de grippe A (H1N1), les gens se sont mis à paniquer. Les parents d’enfants et d’adolescents surtout. Mille personnes ont déjà succombé à la maladie aux Etats-Unis. Et ce sont les jeunes de 6 mois à 24 ans qui sont les plus menacés.

Jusqu’alors, je ne me sentais pas vraiment concernée. Mais comme la plupart des mères, j’ai fini par vouloir faire vacciner mes enfants. Au cas où. Les chances que la grippe A les emporte sont faibles, d’accord, mais d’un autre côté, pourquoi prendre un risque avec leur santé, si minime soit-il ?

Bref, je suis partie en quête du vaccin H1N1. Début octobre, Kaiser Permanente, mon assurance maladie, a annoncé que ses membres pourraient être bientôt immunisés. Quand, comment, par qui et où… personne, à Kaiser, n’avait la réponse.

La semaine dernière, le site web du prestataire a posté quelques vagues renseignements sur une prochaine inoculation de masse. Une fausse alerte de plus.

On nous a fait peur, Obama nous a exhorté à immuniser nos enfants pour éviter une catastrophe sanitaire dont on ignore les futures proportions. Soixante personnes sont mortes en Californie. Plusieurs centaines d’autres sont hospitalisées. Seulement, on manque de vaccins.

1,7 millon de vaccins en Californie, sur les 20 millions prévus
Sur les 20 millions de doses qui devaient être expédiées en Californie début octobre, seules 1,7 million sont arrivées. Au niveau national, le Center for Disease Control avait annoncé que 120 millions de doses seraient prêtes à l’emploi dans le courant du mois. Le nombre a d’abord été réduit à 45 millions, puis à 28 et enfin à 12,8.

Le problème est que le vaccin, en partie cultivé dans des oeufs fertilisés, ne s’est pas développé pas aussi vite que les experts l’avait prévu. En plus, il y a eu une pénurie de fioles. Et les cinq compagnies pharmaceutiques qui le produisent ont pris du retard.

Dès 9 heures du matin, une file de voitures de 4 km devant le centre
Moi y compris. Il y avait une clinique « drive-throu » [accessible en voiture, ndlr] à Redondo Beach samedi, organisée par le South Bay Health District. A 9 heures du matin, la file de voitures s’étirait déjà sur 4 kilomètres le long des rues !

Les candidats à l’immunisation étaient apparemment arrivés dès l’aube. J’ai immédiatement abandonné l’idée de faire la queue derrière mon volant pendant des heures. J’ai ramené tout le monde à la maison et y suis retournée à pied, cette fois pour observer.

Malgré l’ordre et le calme, les infirmières étaient complètement survoltées, et les bénévoles -des employés municipaux- paranos. Il y avait des officiers de police partout, dirigeant la circulation et protégeant… quoi ou qui, ce n’était pas clair. Craignaient-ils une émeute ? Toujours est-il que lorsque je me suis approchée pour me présenter la main en avant, un flic m’a crié « Reculez immédiatement ».

J’ai déclaré que j’étais journaliste. On m’a alors dirigée vers une table. Un type m’a tendu une carte « presse » à mettre autour du cou. Puis il m’a prévenue que je n’avais pas le droit de déambuler toute seule dans le parking où les gens se faisaient vacciner, que je devrais être escortée. Escortée ? ! Etait-ce mon accent ou le fait d’être en tenue de gym ?

« Pourquoi n’êtes-vous pas mieux organisés ? »
Dès que je faisais un pas dans une direction, un bénévole m’interpellait pour me rappeler à l’ordre. Il m’interdit bientôt de parler aux uns et aux autres. Tout ça parce que je posais des questions anodines du style « combien de vaccins avez-vous ? », « comptez-vous donner la priorité aux jeunes ? ». Rien de bien méchant.

J’ai fini par obtenir une interview du médecin responsable des opérations, Lisa Santora.

– « Pourquoi n’êtes-vous pas mieux organisés ? On sait qui sont les groupes à risques, pourtant, vous avez l’air de vacciner tout le monde malgré la quantité réduite de vaccins.
– On ne refuse personne.
– Si le corps médical est si inquiet pour les enfants, pourquoi ne pas organiser des séances de vaccinations dans les établissements scolaires ?
– Ils n’ont pas assez d’infirmières.
– Pourquoi alors, ne pas envoyer celles qui sont ici aujourd’hui ? »

Le docteur Santora m’a plantée là.

La jeune mère n’a pas réussi à faire craquer la mégère du service de santé
Pendant ce temps, des gens qui étaient arrivés à pied, croyant sans doute court-circuiter les automobilistes, étaient refoulés.

Une femme s’est présentée avec son petit garçon de 2 ans. A peine était-elle arrivée à la hauteur d’une bénévole que celle-ci lui a demandé de passer son chemin. La jeune mère a essayé d’expliquer qu’elle venait sur recommandation de son pédiatre (qui n’avait toujours pas reçu le vaccin), que son fils était asmathique. Elle a sorti une ordonnance. La bénévole ne voulait rien savoir. Elle obéissait aux ordres.

La jeune mère s’est mise à sangloter. Mais il n’y avait rien à faire pour attendrir la mégère du service de santé. Mère et fils sont donc repartis.

Lundi, Kaiser et d’autres cliniques et cabinets médicaux ont enfin reçu les vaccins. Il n’y avait presque personne dans les queues. Les gens n’étaient pas encore au courant.