"Cette découverte peut sauver votre vie, ou celle d'une personne aimée !"
👍👍👍 Site approuvé par Jim Humble 👍👍👍

C'est la solution au SIDA-VIH, aux hépatites A B et C, au paludisme et autres parasites, aux herpès, acné, tuberculose et pneumonie, à la plupart des cancers et à beaucoup d'autres des pires maladies.
Mais c'est aussi votre allié au quotidien pour stopper les infections, grippes, rhumes, intoxications alimentaires, champignons et autres problèmes cutanés, pour soulager les brûlures et accélérer les cicatrisations. Mais aussi pour purifier l'eau de boisson, désinfecter une surface ou du linge, et bien d'autres choses encore ...
Déjà plusieurs millions de personnes ont utilisé ces produits dans le monde,
et des centaines de milliers s'en servent au quotidien, alors essayez-les vous aussi !

Archive for Jiogoulane

Le thé jiogoulane pour perdre du poids

banner_Jiaogulan_2_777_FR

Visitez mon site sur cette herbe super puissante : 

http://jiaogulan-info.com/

Perdre du poids, ce n’est pas simplement vouloir une plus belle apparence. C’est aussi vouloir se sentir bien et énergique, et améliorer sa qualité de vie de nombreuses manières significatives. Une étude récente indique que même une perte de poids négligeable, d’aussi peu que 5%, a d’énormes bienfaits pour la santé [1] et réduit les facteurs de risque sous-jacents de plusieurs maladies chroniques, mortelles et invalidantes, telles que le diabète de type 2, la résistance à l’insuline, les maladies cardiaques, un haut taux de cholestérol et l’hypertension artérielle. L’excès de poids corporel est également lié à l’infertilité, aux complications de grossesse, aux douleurs articulaires, aux troubles du sommeil, à la dépression, à l’asthme et même au cancer.

W-002-IV-Blog-WK019

Une perte de poids sure à l’aide du jiogoulane

Le jiogoulane, ou gynostemma pentaphyllum, est une herbe chinoise appelée « l’herbe de l’immortalité » et est également connue sous le nom de « ginseng du Sud ». Des travaux de recherches approfondies montrent les énormes bienfaits pour la santé ainsi que la capacité à prévenir les maladies du jiogoulane, ce qui est grandement considéré comme étant dû à la présence de composés chimiques appelés « saponines ». Les scientifiques ont jusqu’à maintenant trouvé plus de 170 types de saponines différentes dans le jiogoulane, une importante concentration qui confère à cette herbe un avantage sur les autres herbes en termes de propriétés antioxydantes et adaptogènes.

Il a été démontré que le jiogoulane réduit les facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et de diabète, diminue la tension artérielle et le cholestérol, retarde le vieillissement prématuré, inhibe la croissance des cancers et stimule l’immunité. Et lorsque combiné avec d’autres approches, telles qu’une saine alimentation, de l’exercice et le fait d’être actif de manière générale tout au long de la journée, le jiogoulane aide également à gérer la perte de poids.

Comment est-ce que le jiogoulane aide à perdre du poids

Le métabolisme, le rythme auquel le corps brûle des calories, joue un rôle central en ce qui concerne la perte de poids. Et alors que votre métabolisme est en grande partie guidé par des facteurs génétiques, un mode de vie malsain, comme de mauvais choix alimentaires, le tabagisme, l’abus d’alcool, une routine sédentaire et un stress constant, contribuent assurément à déterminer votre poids ultime. Équilibrer le rythme auquel notre corps dépense versus crée de l’énergie est crucial pour perdre du poids. En tant qu’adaptogène, le jiogoulane rétablit cet équilibre de plus d’une façon.

Risques et effets secondaires

acheter-jiaogulan-the-immortaliteComme pour tout autre supplément à base d’herbes, voyez comment votre corps réagit à une petite quantité avant d’augmenter votre apport graduellement. Le jiogoulane est déconseillé aux jeunes enfants, aux femmes enceintes et aux femmes qui allaitent. Des doses élevées peuvent causer de légères nausées et des selles plus fréquentes. Consultez votre médecin si vous prenez des médicaments pour réduire votre tension artérielle, des anticoagulants, ou des immunodépresseurs.

 

Références:

  1. Magkos et al. Effects of Moderate and Subsequent Progressive Weight Loss on Metabolic Function and Adipose Tissue Biology in Humans with Obesity. Cell Metabolism. 2016
  2. Park SH, Huh TL, Kim SY, Oh MR, Tirupathi Pichiah PB, Chae SW, Cha YS. « Antiobesity effect of Gynostemma pentaphyllum extract (actiponin): A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. » Obesity (Silver Spring, Md). 2013 Jun 26.
  3. Huyen et al. Gynostemma pentaphyllum Tea Improves Insulin Sensitivity in Type 2 Diabetic Patients. J Nutr Metab. 2013

Le jiaogulan contre le cancer

Les traitements actuels contre les cancers endommagent énormement le corps, en détruisant les cellules cancéreuses mais aussi de nombreuses cellules saines. C’est tout l’organisme qui en est affaibli, ainsi que le système immunitaire, ce qui a pour effet catastrophique de déclencher de nouveaux cancers plus tard.

De nombreux médecins et infirmiers reconnaissent ces effets très négatifs à long terme de la radiothérapie et de la chimiothérapie, et intègrent de plus en plus des méthodes alternatives ou complémentaires pour réduire la destruction des bonnes cellules, et pour supporter le système immunitaire dans son combat, en faisant appel à la capacité naturelle de notre corps à se défendre et à se reconstruire.

L’herbe Jiogoulane est très étudiée depuis plus de 20 ans car les scientifiques ont découvert qu’elle possède plusieurs propriétés anti-cancer. Elle agit à plusieurs niveaux et combat aussi directement les cellules cancéreuses.

jiaogoulan-contre-cancer-promoDe plus elle est très riche en saponines, ces éléments qui aident fortement le système immunitaire dans ses batailles quotidiennes, et notamment contre le cancer, mais aussi pour neutraliser les radicaux libres, et réduire les dommages causés par les thérapies chimiques agressives.

Un des autres secrets de cette herbe utilisée depuis très longtemps par les Chinois, est qu’elle est adaptogène, ce qui lui confère des propriétés anti-vieillissement !

Les personnes qui prennent régulièrement du thé jiaogoulane ou des capsules, lui reconnaissent une forte stimulation de l’énergie physique, ce qui pousse de nombreux athlètes et sportifs à en utiliser, puisque ce n’est pas illégal mais permet pourtant de faire de meilleures performances.

Cette herbe dite « d’immortalité » permet aussi de récupérer plus rapidement après un effort.

Elle soutient aussi la fonction cardiaque, et améliore l’efficacité du fonctionnement du coeur, lui permettant de battre moins vite à effort équivalent.

Elle est connue pour diminuer le taux de mauvais cholestérol (LDL), aisni que les triglycérides, tout en améliorant les taux de bon cholestérol (HDL), ce qui permet aussi de réduire la pression sanguine et les plaques d’athérosclérose.

Une herbe vraiment miraculeuse quand on voit les effets cumulés qu’elle produit sur notre organisme !

 

Alors profitez-en pour l’essayer ou pour vous ré-approvisionner.

A bientôt

JT

Un autre thé plein de bienfaits santé !

Bonjour,

Si vous aimez les boissons santé, voici le dernier message de Minéral-Solutions qui présente leur Thé Graviola (cliquez ici pour voir le produit) et quelques études scientifiques qui ont prouvé ses bienfaits en matière de santé … alors à vos bouilloires, dépêchez-vous sinon le thé va refroidir :O)

JT

Le graviola et son potentiel anticancéreux

graviola-mineral-solutionsLe graviola est un arbre de la forêt tropicale que l’on retrouve typiquement dans les forêts de l’Asie du Sud-est, de l’Afrique, de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud. Il y a de fortes chances que vous connaissiez le graviola sous d’autres noms, tels que soursop (anglish), guanábana (espagnol), le pawpaw brésilien, ou lakshman phal (hindi). Pendant des siècles, cet arbre a été prisé par les populations indigènes pour son fruit succulent et pour ses propriétés thérapeutiques. Diverses parties de l’arbre graviola, telles que le fruit, les feuilles, l’écorce, les racines ainsi que les pépins étaient traditionnellement utilisées pour traiter un éventail impressionnant de problèmes de santé, tels que la fièvre, l’arthrite, le rhumatisme, le diabète, l’insomnie et les infections bactériennes, parasitaires et virales.

Partout dans le monde, le graviola est utilisé de différentes manières – sous forme de fruit, de jus, de thé (par ébullition des feuilles), ses pépins en poudre (pour application externe) et même sous forme de supplément. Et il est facile de comprendre pourquoi il est aussi populaire. Le graviola abonde d’une variété de vitamines, minéraux, de composés phytochimiques et bioactifs tels que les alcaloïdes, les flavonoïdes, les phénols et les huiles essentielles – ce qui donne au fruit, de même qu’à d’autres parties de l’arbre, d’incroyables propriétés antioxydantes, antimicrobiennes, antiparasitaires, analgésiques, ainsi qu’anti-inflammatoires.

Les recherches récentes suggèrent maintenant que le graviola pourrait avoir un autre bienfait extrêmement significatif pour la santé qui va au-delà de ses usages anciens que tous connaissent. Oui, nous parlons bien de sa remarquable capacité à détruire les cellules cancéreuses [1].

Le Graviola comme traitement potentiel du cancer?

Un nombre impressionnant d’études in-vitro indiquent que les feuilles, l’extrait de fruit, les pépins et les tiges de l’arbre graviola contiennent des substances anticancéreuses incroyablement puissantes. Il a été démontré que les ingrédients bioactifs du graviola ciblent et tuent les cellules cancéreuses malignes de 12 types de cancer différents – dont le cancer du sein, du pancréas, des poumons, de la prostate, du foie, du colon et de la peau.

Des chercheurs de l’Université Purdue, appuyés par le National Cancer Institute, ont découvert que l’extrait de feuille de graviola a détruit les cellules cancéreuses « dans six lignées cellulaires humaines » et a présenté une capacité à tuer les cellules cancéreuses prostatiques et pancréatiques. Une étude subséquente a démontré que l’extrait de feuille de graviola a le même effet sur les cellules cancéreuses du poumon. Une autre étude de l’Université Purdue en 1997 a souligné le fait que les composés du graviola peuvent même détruire les cellules cancéreuses qui ont développé une résistance aux substances chimiques toxiques contenues dans les médicaments de chimiothérapie.

Une étude de 1996 publiée dans le Journal of Natural Products a découvert qu’un composé extrait des pépins du fruit de graviola est 10 000 fois plus efficace dans la destruction des cellules cancéreuses du colon que l’adriamycine – un médicament de chimiothérapie. Les chercheurs ont également souligné le fait que la toxicité de ce composé s’est révélée remarquablement sélective face aux cellules d’adénocarcinome du colon. Autrement dit, il ne cible que les cellules cancéreuses du colon, laissant ainsi intactes les cellules saines.

Les oncologues s’entendent pour dire que le cancer pancréatique est probablement le type de cancer le plus létal et le plus difficile à traiter et à gérer. Une étude de 2012, menée au University of Nebraska Medical Center, a démontré que les composés que l’on retrouve naturellement dans l’extrait de graviola inhibent « de nombreuses voies de signalisation, qui régulent le métabolisme, le cycle cellulaire, la survie, et les propriétés métastatiques des cellules pancréatiques » [2]. Plusieurs études récentes indiquent également les effets anticancéreux du graviola dans les cas de cancer du sein [3], de la prostate [4], et gastrique [5].

Les acétogénines : substances phytochimiques aux propriétés anticancéreuses

Or qu’est-ce qui donne au graviola la capacité de sélectivement détruire les cellules cancéreuses? Le graviola abonde de composés naturels appelés acétogénines d’annonacées, uniques aux plantes de la famille des annonacées. Il y a plus de 100 « acétogénines d’annonacées », que l’on retrouve dans le fruit, les feuilles, les pépins, l’écorce, les racines et les tiges de l’arbre graviola. Ces substances phytochimiques uniques donnent à ce fruit aigre-doux d’incroyables propriétés anticancéreuses, de même que des vertus anti-inflammatoires, analgésiques et antioxydantes. Selon les chercheurs dans ce domaine, les acétogénines sont outillés pour distinguer les cellules cancéreuses des cellules saines (toxicité sélective) et ils peuvent même combattre les cellules cancéreuses tenaces qui résistent aux médicaments.

Le rôle des acétogénines dans le combat contre les cellules cancéreuses résistantes aux médicaments

On sait des cellules cancéreuses qu’elles développent une immunité contre les traitements de chimiothérapie à long terme. Elles apprennent à reconnaitre et à résister aux substances chimiques qui sont utilisées pour les détruire, développant ainsi une résistance multiple aux médicaments (Multiple Drug Resistance, ou MDR, en anglais). Plus précisément, les cellules cancéreuses développent un mécanisme de pompage pour rejeter les substances chimiques toxiques, ce qui rend les médicaments de chimiothérapie inefficaces. Et devinez quoi. Repousser ces substances chimiques nécessite une quantité faramineuse d’énergie, que la cellule cancéreuse aurait besoin de tirer de l’ATP, l’entrepôt de l’énergie.

En effet, la capacité des acétogénines à ralentir la production d’ATP dans les cellules cancéreuses a un impact négatif sur leur capacité à expulser les substances chimiques agressives – rendant ces cellules sensibles aux traitements de chimiothérapie. Cet aspect fait du graviola un candidat potentiel pour les traitements intégratifs du cancer, et il est renforcé par le fait que les ingrédients bioactifs du graviola alimentent le système immunitaire et participent à la capacité inhérente au corps de combattre et de détruire les cellules cancéreuses. En plus de sa toxicité sélective, le graviola limite également les effets secondaires qui accompagnent généralement les thérapies conventionnelles pour traiter le cancer, tels que la perte d’appétit, l’immunité affaiblie, la perte de cheveux et la nausée – améliorant ainsi la qualité de vie globale des gens atteints du cancer.

Parallèlement, nous voudrions insister sur le fait que l’objectif de cet article est purement et simplement éducatif et informatif, et n’a pour objectif de diagnostiquer, traiter, guérir, ou prévenir aucunes des maladies susmentionnées. Il n’a en aucune façon été conçu pour diagnostiquer, prescrire ou remplacer l’avis ou le traitement recommandés par votre médecin ou autre professionnel de la santé. Si vous prévoyez prendre du graviola sous quelque forme que ce soit, il est important que vous consultiez votre médecin ou un professionnel de la santé de confiance.

Références:

  1. Paul, Jeno; Gnanam, R.; M. Jayadeepa, R.; Arul, L. Anti Cancer Activity on Graviola, an Exciting Medicinal Plant Extract vs Various Cancer Cell Lines and a Detailed Computational Study on its Potent Anti-Cancerous Leads. Current Topics in Medicinal Chemistry. Volume 13, Number 14, July 2013, pp. 1666-1673(8)
  2. Torres MP, Rachagani S, Purohit V, et al. Graviola: a novel promising natural-derived drug that inhibits tumorigenicity and metastasis of pancreatic cancer cells in vitro and in vivo through altering cell metabolism. Cancer Letters. Oct 1 2012;323(1):29-40. doi: 10
  3. Dai and Hogan, et al. Selective growth inhibition of human breast cancer cells by graviola fruit extract in vitro and in vivo involving downregulation of EGFR expression. Nutrition and Cancer. 2011; 63(5):795-801.
  4. Yang C, Gundala SR, Mukkavilli R, Vangala S, Reid MD, Aneja R. Synergistic interactions among flavonoids and acetogenins in Graviola (Annona muricata) leaves confer protection against prostate cancer. Carcinogenesis. 2015 Jun;36(6):656-65. doi: 10.1093/carcin/bgv046. Epub 2015 Apr 11.
  5. Han et al. Annonaceous acetogenin mimic AA005 induces cancer cell death via apoptosis inducing factor through a caspase-3-independent mechanism. BMC Cancer. March 2015

Témoignages publiés sur le site d’un fabricant

Témoignages publiés sur le site du fabricant

Début de traduction :

Voici quelques témoignages que nous avons reçus des clients au cours des douze derniers mois :

– « Merci beaucoup …. avec le MMS j’ai guéri mon infection SARM ! » … nh (26 juin 2014)

– «J’ai été VIH positif pendant 20 ans. J’ai eu beaucoup de problèmes liés au VIH et de nombreux problèmes de santé avant le VIH. Mon plus bas nombre de T4 était de 110 il y a quelques années. J’ai eu un nombre de T4 moyen de 330-350 pendant de nombreuses années dans le passé.
J’ai commencé à prendre du MMS1 il ya quelques années. Après le MMS1 J’ai essayé aussi les capsules de MMS2 et je reste avec celles-ci depuis quelques années maintenant. Dès que j’ai commencé à prendre des capsules de MMS2 x 2 fois par jour, mon taux de T4 a commencé à monter plus haut très rapidement.
Maintenant, je garde un nombre de cellules T4 autour de 850-1100, ce qui est le nombre normal pour une personne VIH+. Je me faire tester dans tous les 3 mois, donc je peux le voir régulièrement.
Maintenant je n’ai plus aucun problème de santé lié au VIH, grâce à la prise de capsules de MMS2.
Je ne cesserai jamais de prendre des capsules de MMS2, et je commande une boîte entière quand la précédente est finie. Je le conseille à toute personne qui a des problèmes de santé, y compris le VIH. Meilleurs voeux, Attila, d’Europe  » … attila (13 juillet 2014)

– « Je prends deux capsules de thé Jiaogulan en poudre à 8-9 heures tous les matins. Je dors beaucoup plus rapidement et mieux après seulement 7 jours de prise. Merci ! » … Andreas (20 juin 2014)

– « Merci les gars, vous expédiez les commandes très rapidement. C’est impressionnant! » … Lindze (11 juin 2014)

– « J’ai commencé à utiliser le Jiaogulan quand ma tension artérielle était en train d’augmenter lentement, j’ai 74 ans. Après deux semaines ma tension artérielle a baissé et la dernière lecture était de 107/67. Je vais passer une nouvelle commande dès aujourd’hui » … Peter (26 mai 2014)

– « Merci à tous, non seulement pour le cœur et l’esprit, mais pour votre éthique professionnelle et l’impressionant service à la clientèle … » … Neil (9 mai 2014)

– «J’ai pris le MMS1 … pendant 1 mois … sans arrêt, et j’ai ressenti de telles améliorations étonnantes dans mon corps. Mon cerveau commence à travailler beaucoup mieux et les deux verrues que j’avais ont juste disparu.  » … Marie (03 mars 2014)

– «J’étais surprise par votre réponse email rapide, et je l’apprécie. C’était très instructif et rassurant de savoir qu’il ya quelqu’un à l’arrière de votre entreprise qui informe le consommateur de l’utilisation des produits. » … Archie (25 février 2014)

Fin de traduction partielle.

Il y a plein d’autres témoignages publiés sur le site internet de ce fabricant.

Jiogoulane contre Cancers, toujours plus de découvertes !

img-jiaogulan-cancer-jeune-feuilleDe nouveaux éléments anti-cancereux contenus dans le Jiogoulane sont trouvés par les scientifiques.

Ces 3 études sont les plus récentes :
– Septembre 2012 : « Deux nouvelles saponines triterpéniques de Gynostemma pentaphyllum (Jiogoulan). »
Extrait : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22924674
Deux nouvelles saponines triterpéniques de type dammarane, gypenbiosides A (1) et B (2), ont été isolés à partir des parties aériennes de Gynostemma pentaphyllum (Jiaogoulan) Makino.
Leurs decouvertes structurelles ont été réalisées principalement sur la base de l’interrelation des méthodes spectroscopiques telles que IR, HR-TOF-MS et RMN.
L’activité cytotoxique a été évaluée contre une ligne de cellules cancéreuses humaines HL-60 en utilisant 3 – (4,5-diméthylthiazol-2-yl) -2,5-test bromure de diphényltétrazolium.

– Avril 2012 : « Des triterpènes possédant un squelette sans précédent isolées de l’hydrolysat de saponines totales de Gynostemma pentaphyllum (Jioagoulane). »
<>Extrait : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22342101
Cinq nouveaux triterpènes ont été isolés à partir de l’hydrolysat total de saponines de Gynostemma pentaphyllum (Jiogoulane) et identifiés comme gypensapogenine A (1), gypensapogenine B (2), gypensapogenine C (3), le 3-O-?-D-glucopyranosyl-D gypensapogenine (4) et gypensapogenine D (5), dont deux (1 et 2) possèdent un anneau A. inédit.
La cyclisation du côté des chaînes-3 a formé cinq chaînons cétoniques cycliques analogues au cycle E en 1. L’acide oïque-21, 23-lactone est présent dans les chaînes latérales 4 et 5.
Nous avons également proposé des mécanismes de formation possibles des composés 1-3.
Les composés 1-5 ont été évalués pour leurs activités cytotoxiques dans trois lignées cellulaires, y compris A549, U87 et Hep3B et le composé 3, ont montré des activités significatives en direction de A549 et des cellules cancéreuses humaines U87 (avec des valeurs de CI50 de 0,11 et 0,58 um, respectivement).
Copyright © 2012 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

– Octobre 2011 : « Une nouvelle saponine triterpénoïde issue de Gynostemma pentaphyllum (Jiogoulan). »
Extrait : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22007898
Un nouveau type de saponine triterpénique dammarane a été isolé à partir des parties aériennes de Gynostemma pentaphyllum (Thunb.) Makino.
La decouverte de sa structure a été réalisée principalement sur la base de l’interprétation des données spectroscopiques, telles que IR, HR-TOF-MS et RMN.
Son activité cytotoxique a été évaluée contre une ligne de cellules cancéreuses humaines HL-60 en utilisant un test MTT.

Jiogoulan contre cancers

Etudes scientifiques 6 à 10 :
Traductions de la page officielle de la Librairie Nationale Américaine des Instituts de Médecine et de Santé

img-jiaogulan-cancer-jeune-feuilleLe Jiogoulane tue les cancers, voici des preuves scientifiques !

Saviez vous que des dizaines d’études scientifiques ont été menées sur le thé Jiogulan, et que des effets spectaculaires et importants ont été découverts ?

En lançant une recherche sur le site officiel des publications médicales PuMed (l’adresse se termine par .gov, c’est donc un site du gouvernement Américain), avec les mots « Jiaogulan cancer », j’ai obtenu 41 résultats d’études scientifiques. Faites la recherche vous-même en cliquant ici.
Cela vous prouve bien que les scientifiques sont très intéressés par cette herbe « d’immortalité », le Jiogoulane tue bien les cellules cancereuses de toutes sortes !

6 # Cancer du foie :
Titre : Préparation de caroténoïdes et de chlorophylles de Gynostemma pentaphyllum. Makino et leur effet antiprolifératif sur des cellules d’hépatome.
De Decembre 2010 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20946022

Extraits : Une méthode de chromatographie pour l’isolement des caroténoïdes et des chlorophylles de Gynostemma pentaphyllum, une herbe traditionnelle chinoise, a été développée pour évaluer leurs effets anti-prolifératifs sur les cellules d’hépatome Hep3B.

Les deux fractions de caroténoïde et de chlorophylle, ainsi que la lutéine et la chlorophylle A, selon les normes de 50-100 pg/ml, ont été efficaces contre les cellules cancereuses Hep3B, avec une réponse dans l’ordre de grandeur suivant: caroténoïde > chlorophylle > lutéine > chlorophylle A.
Pour tous les traitements, le cycle cellulaire a été arrêté dans la phase G0/G1, avec des cellules Hep3B faisant l’objet d’une nécrose ou d’une apoptose.

7 # Cancer du côlon et radicaux libres :
Titre : Composition chimique de 5 échantillons commerciaux Gynostemma pentaphyllum (Jiaogoulan) et leur piégeage des radicaux libres, ainsi que leurs propriétés antiproliférative et anti-inflammatoires.
D’Octobre 2010, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20939605

Extraits : Cinq échantillons de Gynostemma Pentaphyllum (GP, Jiaogoulan) ont été étudiés et comparés pour leurs compositions chimiques et leurs effets antioxydants, anti-prolifératifs (anti-cancer) et anti-inflammatoires.
Ces extraits ont tous montré une importante capacité de piégeage des radicaux libres. Les extraits à 100% d’éthanol ont également montré une inhibition dose-dépendante forte sur IL-6 et sur l’expression Ptgs2  de l’ARNm, et une faible inhibition de l’expression d’ARNm TNF-?.

En outre, le GP1 avait la plus forte activité anti-proliférative à 3,2 mg équivalent/ml de concentrationsur les cellules humaines HT-29 du cancer du côlon.

Les résultats de cette étude seront utilisés pour promouvoir l’utilisation du Jiaogoulan (G. pentaphyllum)pour améliorer la santé humaine.

8 # Cancer du sang, leucémie :
Titre : étude expérimentale sur les effets antileucémiques de gypenosides in vitro et in vivo.
De Mars 2011, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20702487

BUT : Les gypénosides (Gyp) trouvés dans le Gynostemma pentaphyllum Makino (Jiaogoulan), ont été utilisés comme médicament traditionnel depuis des siècles, et ont fait preuve de divers effets pharmacologiques, y compris des effets antileucémiques in vitro et in vivo.

Dans la présente étude, les Gyp ont été utilisés pour examiner les effets sur la viabilité des cellules, du cycle cellulaire et de l’induction d’apoptose in vitro. Ils ont été administrés dans le régime alimentaire de souris injectées avec des cellules cancereuses WEHI-3 in vivo.

RESULTATS : Les Gyp ont inhibé la croissance des cellules cancereuses WEHI-3. Ces effets ont été associés à l’induction de l’arret G0/G1, de changements morphologiques, fragmentation de l’ADN, et une augmentation de sous-phase G1.
Les Gyp ont favorisé la production d’espèces d’oxygène réactives, l’augmentation des niveaux de Calcium(2+), et induit la dépolarisation du potentiel de la membrane mitochondriale. Les effets des Gyp étaient fonction de la dose et du temps.

En outre, les Gyp ont augmenté les niveaux de protéine pro-apoptotique Bax, réduit les niveaux de protéines anti-apoptotiques des Bcl-2, et stimulé la libération de cytochrome c, AIF (facteur d’induction d’apoptose), et Endo G (endonucléase G) à partir des mitochondries.
Les niveaux de GADD153, GRP78, ATF6-alpha, et ATF4-alpha ont été augmentés par les Gyp, résultant en stress ER (réticulaire endoplasmique) dans les cellules cancereuses WEHI-3.

La consommation orale de Gyp a augmenté le taux de survie des souris injectées avec des cellules WEHI-3, utilisées comme modèle de leucémie chez les souris.

CONCLUSIONS: Les résultats de ces expériences fournissent de nouvelles informations sur la compréhension des mécanismes que les Gyp induisent sur l’arrêt du cycle cellulaire et l’apoptose in vitro, et dans un modèle animal in vivo.

9 # Cancer de la bouche :
Titre : Les Gypénosides causent des dommages de l’ADN et inhibent l’expression des gènes de réparation d’ADN des cellules cancéreuses SAS.
De Juin 2010, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20555000

Extraits : Les Gypenosides (Gyp) sont les principaux composants de Gynostemma pentaphyllum Makino (Jiaogulan), une plante de la médecine chinoise.

Récemment, les Gyp ont été montrés comme induisant l’arrêt du cycle cellulaire et l’apoptose dans de nombreux lignées cellulaires cancéreuses humaines.

Cependant, il n’existe aucune information disponible pour répondre aux effets des Gyp sur les dommages de l’ADN et la réparation de l’ADN associée à l’expression des gènes dans les cellules humaines du cancer de la bouche. Par conséquent, nous avons examiné si les dommages de l’ADN induits par les Gyp, par l’expression des gènes et la réparation de l’ADN dans les cellules humaines orales SAS cancer.

Les résultats de cytométrie en flux ont indiqué que les effets cytotoxiques induits par les Gyp conduisent à une diminution du pourcentage de cellules SAS viables. Les résultats de test ont révélé que l’incubation des cellules SAS en présence de Gyp, a conduit à une migration plus longue de l’ADN, en comparaison avec le contrôle, et cet effet était dose-dépendant.

Les résultats de l’analyse PCR en temps réel indiquent que le traitement des cellules SAS avec 180 mug/ml de Gyp pendant 24 heures, conduit à une diminution de 14-3-3Sigma, des protéines kinase (DNAPK), ADN-dépendante, sérine/thréonine, p53, de l’ataxie télangiectasie muté (ATM), de l’ataxie-télangiectasie et Rad3 liée (ATR), et de l’expression  de l’ARNm du gène du cancer du sein 1 (BRCA1).

Ces observations peuvent expliquer la mort des cellules cancereuses SAS provoquée par les Gyp.Pris dans leur ensemble, il s’agit des dommages d’ADN induits par les Gyp, et de l’inhibition de l’expression des gènes associés à la réparation d’ADN dans les cellules cancéreuses SAS in vitro chez l’homme.

10 # Cancer de la bouche :
Titre : Les Gypénosides inhibent la migration et l’invasion des cellules cancéreuses SAS du cancer de la bouche, par l’inhibition de la métalloprotéinase matricielle-2 -9 et de l’urokinase-plasminogène par ERK1 / 2 et des voies de signalisation NF-kappa B.
De Mai 2011, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20511288

Extraits : Les Gypénosides (Gyp) trouvés dans Gynostemma pentaphyllum Makino 9Jiaogoulan), ont été utilisé en médecine traditionnelle dans la population chinoise depuis des siècles et sont connu pour avoir divers effets pharmacologiques, y compris anti-prolifératifs et anti-cancer.

Toutefois, les effets des Gyp sur la prévention de l’invasion et de la migration des cellules cancéreuses orales sont encore insatisfaisants.

Le but de cette étude était d’étudier les effets d’un traitement au Gyp sur la migration et l’invasion des cellules SAS du cancer oral humain. Des cellules SAS ont été cultivées en présence de 90 et 180 pg/mL de Gyp pendant 24 et 48 heures.

Les Gyp induisent des effets cytotoxiques et inhibent la migration et l’invasion des cellules SAS, de manière dose-et temps-dépendante.

Les Gyp ont diminué l’abondance de plusieurs protéines, y compris le facteur nucléaire-kappa B (NF-kB), la cyclo-oxygénase-2 (COX-2), extracellular signal-regulated kinase 1/2 (ERK1 / 2), la métalloprotéinase matricielle-9, -2 (MMP-9, -2), homologue sevenless (SOS), Ras, l’urokinase-type plasminogen activator (uPA), kinase d’adhésion focale (FAK) et RAC-alpha sérine / thréonine-protéine kinase (Akt).

En outre, les Gyp ont induit une diminution des niveaux d’ARNm de la MMP-2, MMP-7, MMP-9, mais n’ont pas affecté les FAK et de Rho A des niveaux d’ARNm dans les cellules SAS.

Ces résultats fournissent des preuves du rôle des Gyp comme puissant agent anti-métastatique, qui peut nettement inhiber la capacité métastatique et invasive des cellules cancéreuses orales.

Source : http://jiaogulan-info.com/etudes_scientifiques_jiaogulan_info_com.html

En savoir plus sur :
– Saponine, Wikipédia – Flavonoide, Wikipédia
– Gypénosides, Gynostemma pentaphyllum, Jiaogulan, Wikipédia
– Carcinome hépatocellulaire, Wikipédia – Leucémie myéloïde, Wikipédia
– Cellules PC-3, Wikipédia en Anglais seulement – Ginsénosides Rb3, Wikipédia en Anglais seulement

Jiogoulan contre cancers

Etudes scientifiques 1 à 5 :
Traductions de la page officielle de la Librairie Nationale Américaine des Instituts de Médecine et de Santé

img-jiaogulan-cancer-jeune-feuilleLe Jiogoulane tue les cancers, voici des preuves scientifiques !

Bonjour,
Saviez vous que des dizaines d’études scientifiques ont été menées sur le thé Jiogulan, et que des effets spectaculaires et importants ont été découverts ?

En lançant une recherche sur le site officiel des publications médicales PuMed (l’adresse se termine par .gov, c’est donc un site du gouvernement Américain), avec les mots « Jiaogulan cancer », j’ai obtenu 41 résultats d’études scientifiques. Faites la recherche vous-même en cliquant ici.
Bien sûr il s’agit de publications très techniques et en Anglais, donc inaccessibles au Francophone lambda, mais cela vous prouve bien que les scientifiques sont très intéressés par cette herbe chinoise « d’immortalité », et que le Jiogoulane tue bien les cellules cancereuses de toutes sortes !

Je prévois d’étudier plus profondemment ces publications scientifiques et médicales, mais le temps me manquant aujourd’hui, je vais me contenter de pointer les 5 premières études listées qui prouvent très clairement des effets du Jioagulan contre les cancers. Si vous êtes qualifié(e) et avez accès aux textes complets, j’accepterai volontiers votre contribution pour traduire des résumés de ces études !

1 # Cancer de la prostate :
Titre : Les effets d’anti-prolifération des cellules PC-3 de cancer de la prostate par les flavonoides et les saponines extraites du Gynostémma pentaphyllum (Jiaogulan).
Du 26 Oct 2011
 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21905716

Extraits : Sur la base des tests MTT, les saponines et flavonoides ont été comparablement efficaces à inhiber le développement des cellules cancereuses PC-3 … montrant un effet proportionnel à la dose utilisée.

2 # Cancer de la bouche :
Titre : Les Gypénosides stoppent la croissance des cellules SAS du cancer humain de la bouche, in vitro.
Du 10 Juin 2011,
 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21665877

Extraits :
a- Les gypénosides (Gyp) sont le composant majeur du Gynostémma pentaphyllum Makino.
b- Les Gyp induisent des changements morphologiques, une diminution du pourcentage de cellules viables, causent un arrêt de phase G0/G1, et déclenchent la mort des cellules cancereuses SAS.
c- Les Gyp in vivo atténuent la taille et le volume des tumeurs solides du cancer oral, dans un model murine xénograft.

3 # Cancer du sang :
Titre : Evidence moléculaire de l’activité anti-leucémique des gypénosides sur les cellules leucémiques myéloides HL-60, in vivo et in vitro.
Du 15 Sept 2011,
 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21596541

Extraits :
a- Cette étude concerne les effets des gypénosides sur les changements morphologiques et la viabilité in vitro des cellules HL-60.
b- Les résultats indiquent que les Gyp induisent des changements morphologiques, diminuent la viabilité et provoquent des arrêts G0/G1 dans les cellules leucémiques myéloides HL-60.

4 # Cancer du sang :
Titre : Effet suppressif des gypénosides sur les cellules du virus de la leucémie murine L1210.
Du 10 OCt 2010,
 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21355197

Extraits : Les Gyp (100-500 microg/mL) inhibent la croissance des virus L1210 de la leucémie murine. Les Gypénosides ont des effets sur la viabilité de ces virus, et réduisent le potentiel de leur membrane mitochondriale, et induisent un changement morphologique et des dommages de leur ADN.

5 # Cancer du foie :
Titre : Chromatographie des flavonoides et des saponines du Gynostémma pentaphyllum (Jiaogulan), et leur effet d’anti-prolifération sur les cellules du carcinome hépatocellulaire (tumeur du foie).
Du 15 Déc 2010,
 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21036575

Extraits : Les flavonoides et les saponines du Gynostemma pentaphyllum (Jiaogulan) ont étées plus efficaces contre les cellules Hep38 que les ginsénosides Rb3, provoquant l’arrêt du cycle de la cellule à la phase G0/G1 dans tous les cas.
De plus, l’effet d’inhibition suivait la quantité des doses utilisées dans tous les échantillons.
Le résultat de cette étude pourra être utilisé comme base pour d’éventuels traitements de phytothérapie, avec le G. pentaphyllum (Jiaogulan) comme matériau de base.

Source : http://jiaogulan-info.com/etudes_scientifiques_jiaogulan_info_com.html

En savoir plus sur :
– Saponine, Wikipédia – Flavonoide, Wikipédia
– Gypénosides, Gynostemma pentaphyllum, Jiaogulan, Wikipédia
– Carcinome hépatocellulaire, Wikipédia – Leucémie myéloïde, Wikipédia
– Cellules PC-3, Wikipédia en Anglais seulement – Ginsénosides Rb3, Wikipédia en Anglais seulement

Préparer son thé Jiaogoulane pour la journée

Témoignage francophone.

img-jiaogoulane-preparer-pour-la-journee

Comme je bois beaucoup de Jiogoulane chaque jour, et recherchant à extraire le plus d’anti-radicaux libres du thé, je prépare désormais mon Jio pour la journée.

C’est très simple : je mets ma dose journalière de feuilles (environ 5 grammes), dans un grand pot en verre. Je remplie le pot avec de l’eau tiède, trop chaude elle détruirait certains éléments bénéfiques. Et j’attends 1 à 2 heures que ça infuse bien, avant de boire ma première tasse. Vous pouvez aussi transvaser le mélange dans une bouteille plastique pour l’emmener avec vous.

Cette méthode est bien pratique, elle laisse plus de temps pour l’infusion, et donc la concentration du Jiogoulane est beaucoup plus importante, ce qui est plus bénéfique pour la santé !
J’en bois tous les jours car cela me donne une énergie extraordinaire. Si j’arrête pendant 2-3 jours je sens la différence et fatigue beaucoup plus vite.
C’est vraiment une plante incroyable, et tant de gens sont sauvés juste en buvant cette herbe !!

Le Jiogoulane tue les cancers, voici des preuves scientifiques !

Traductions de la page officielle de la Librairie Nationale Américaine des Instituts de Médecine et de Santé

img-jiaogulan-cancer-jeune-feuilleBonjour,
Saviez vous que des dizaines d’études scientifiques ont été menées sur le thé Jiogulan, et que des effets spectaculaires et importants ont été découverts ?

En lançant une recherche sur le site officiel des publications médicales PuMed (l’adresse se termine par .gov, c’est donc un site du gouvernement Américain), avec les mots « Jiaogulan cancer », j’ai obtenu 41 résultats d’études scientifiques. Faites la recherche vous-même en cliquant ici.
Bien sûr il s’agit de publications très techniques et en Anglais, donc inaccessibles au Francophone lambda, mais cela vous prouve bien que les scientifiques sont très intéressés par cette herbe chinoise « d’immortalité », et que le Jiogoulane tue bien les cellules cancereuses de toutes sortes !

Je prévois d’étudier plus profondemment ces publications scientifiques et médicales, mais le temps me manquant aujourd’hui, je vais me contenter de pointer les 5 premières études listées qui prouvent très clairement des effets du Jioagulan contre les cancers. Si vous êtes qualifié(e) et avez accès aux textes complets, j’accepterai volontiers votre contribution pour traduire des résumés de ces études !

1 # Cancer de la prostate :
Titre : Les effets d’anti-prolifération des cellules PC-3 de cancer de la prostate par les flavonoides et les saponines extraites du Gynostémma pentaphyllum (Jiaogulan).
Du 26 Oct 2011
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21905716
Extraits : Sur la base des tests MTT, les saponines et flavonoides ont été comparablement efficaces à inhiber le développement des cellules cancereuses PC-3 … montrant un effet proportionnel à la dose utilisée.

2 # Cancer de la bouche :
Titre : Les Gypénosides stoppent la croissance des cellules SAS du cancer humain de la bouche, in vitro.
Du 10 Juin 2011,
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21665877
Extraits :
a- Les gypénosides (Gyp) sont le composant majeur du Gynostémma pentaphyllum Makino.
b- Les Gyp induisent des changements morphologiques, une diminution du pourcentage de cellules viables, causent un arrêt de phase G0/G1, et déclenchent la mort des cellules cancereuses SAS.
c- Les Gyp in vivo atténuent la taille et le volume des tumeurs solides du cancer oral, dans un model murine xénograft.

3 # Cancer du sang :
Titre : Evidence moléculaire de l’activité anti-leucémique des gypénosides sur les cellules leucémiques myéloides HL-60, in vivo et in vitro.
Du 15 Sept 2011,
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21596541
Extraits :
a- Cette étude concerne les effets des gypénosides sur les changements morphologiques et la viabilité in vitro des cellules HL-60.
b- Les résultats indiquent que les Gyp induisent des changements morphologiques, diminuent la viabilité et provoquent des arrêts G0/G1 dans les cellules leucémiques myéloides HL-60.

4 # Cancer du sang :
Titre : Effet suppressif des gypénosides sur les cellules du virus de la leucémie murine L1210.
Du 10 OCt 2010,
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21355197
Extraits : Les Gyp (100-500 microg/mL) inhibent la croissance des virus L1210 de la leucémie murine. Les Gypénosides ont des effets sur la viabilité de ces virus, et réduisent le potentiel de leur membrane mitochondriale, et induisent un changement morphologique et des dommages de leur ADN.

5 # Cancer du foie :
Titre : Chromatographie des flavonoides et des saponines du Gynostémma pentaphyllum (Jiaogulan), et leur effet d’anti-prolifération sur les cellules du carcinome hépatocellulaire (tumeur du foie).
Du 15 Déc 2010,
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21036575
Extraits : Les flavonoides et les saponines du Gynostemma pentaphyllum (Jiaogulan) ont étées plus efficaces contre les cellules Hep38 que les ginsénosides Rb3, provoquant l’arrêt du cycle de la cellule à la phase G0/G1 dans tous les cas.
De plus, l’effet d’inhibition suivait la quantité des doses utilisées dans tous les échantillons.
Le résultat de cette étude pourra être utilisé comme base pour d’éventuels traitements de phytothérapie, avec le G. pentaphyllum (Jiaogulan) comme matériau de base.

En savoir plus sur :
Saponine, WikipédiaFlavonoide, Wikipédia
Gypénosides, Gynostemma pentaphyllum, Jiaogulan, Wikipédia
Carcinome hépatocellulaire, WikipédiaLeucémie myéloïde, Wikipédia
Cellules PC-3, Wikipédia en Anglais seulementGinsénosides Rb3, Wikipédia en Anglais seulement

L’histoire du thé Jogoulan

img-jiaogulan-histoire-feuilleLe Jiaogulan (Gynostéma pentaphyllum) (se prononce “jo gou lane”) est natif de la région montagneuse reculée du Sud-Est de la Chine, une région bien connue pour la vitalité et la longévité de ses habitants, ainsi que des montagnes de Thailande, du Japon et de la Corée, et d’autres endroits en Asie.

Le jiaogulan fut “découvert” quand la Chine conduisit son premier recensement national dans les années 1970. Nombre des résidents, dans cette région où le jiaogulan pousse naturellement et est utilisé quotidiennement pour fournir de l’énergie et effacer la fatigue, furent rapportés comme ayant des vies extraordinairement longues.

Les résidents attribuaient leur longévité et vitalité à leur usage quotidien de jiaogulan, qu’ils appellent “xiancao” ou “Herbe de l’immortalité.”

Le jiaogulan commence juste à être “découvert” par les pays de l’Ouest, et reconnu pour ses propriétés extraordinaires à maintenir une bonne santé. Le jiaogulan a été extensivement étudié en Allemagne, Irlande, Italie, Tchécoslovaquie et aux Etats-Unis (USA).

# De JT : Une cure de Jogoulane rétabli l’équilibre du corps à tous les niveaux. Le cholestérol, les sucres et les tryglicérides reviennent à la normale. La tension artérielle se stabilise à un niveau normal et le corps a un regain d’énergie permanent, et le sommeil devient profond et facile à atteindre. Un vrai produit miracle quand on considère tous les médicaments, souvent toxiques, pris pour chacun de ces maux !!

Sans parler des économies financières réalisées quand un produit comme le thé Jogoulane fait un meilleur travail sur le corps que 3 ou 4 médicaments chimiques ! Apres l’avoir essayé moi-même, je vous recommande une cure de plusieurs mois de ce thé, car vous sentirez certainement une différence importante des les premiers jours de prise intensive. C’est vraiment important, et les effets à long terme changent la vie et permettent d’arrêter beaucoup de médicaments, vous épargnant aussi les visites chez les docteurs et les pillules de toutes les couleurs à prendre chaque jour !

Des dizaines de témoignages sur cette page : jiaogulan-info.com