"Cette découverte peut sauver votre vie, ou celle d'une personne aimée !"
👍👍👍 Site approuvé par Jim Humble 👍👍👍

C'est la solution au SIDA-VIH, aux hépatites A B et C, au paludisme et autres parasites, aux herpès, acné, tuberculose et pneumonie, à la plupart des cancers et à beaucoup d'autres des pires maladies.
Mais c'est aussi votre allié au quotidien pour stopper les infections, grippes, rhumes, intoxications alimentaires, champignons et autres problèmes cutanés, pour soulager les brûlures et accélérer les cicatrisations. Mais aussi pour purifier l'eau de boisson, désinfecter une surface ou du linge, et bien d'autres choses encore ...
Déjà plusieurs millions de personnes ont utilisé ces produits dans le monde,
et des centaines de milliers s'en servent au quotidien, alors essayez-les vous aussi !

Jiogoulan contre cancers

Etudes scientifiques 6 à 10 :
Traductions de la page officielle de la Librairie Nationale Américaine des Instituts de Médecine et de Santé

img-jiaogulan-cancer-jeune-feuilleLe Jiogoulane tue les cancers, voici des preuves scientifiques !

Saviez vous que des dizaines d’études scientifiques ont été menées sur le thé Jiogulan, et que des effets spectaculaires et importants ont été découverts ?

En lançant une recherche sur le site officiel des publications médicales PuMed (l’adresse se termine par .gov, c’est donc un site du gouvernement Américain), avec les mots « Jiaogulan cancer », j’ai obtenu 41 résultats d’études scientifiques. Faites la recherche vous-même en cliquant ici.
Cela vous prouve bien que les scientifiques sont très intéressés par cette herbe « d’immortalité », le Jiogoulane tue bien les cellules cancereuses de toutes sortes !

6 # Cancer du foie :
Titre : Préparation de caroténoïdes et de chlorophylles de Gynostemma pentaphyllum. Makino et leur effet antiprolifératif sur des cellules d’hépatome.
De Decembre 2010 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20946022

Extraits : Une méthode de chromatographie pour l’isolement des caroténoïdes et des chlorophylles de Gynostemma pentaphyllum, une herbe traditionnelle chinoise, a été développée pour évaluer leurs effets anti-prolifératifs sur les cellules d’hépatome Hep3B.

Les deux fractions de caroténoïde et de chlorophylle, ainsi que la lutéine et la chlorophylle A, selon les normes de 50-100 pg/ml, ont été efficaces contre les cellules cancereuses Hep3B, avec une réponse dans l’ordre de grandeur suivant: caroténoïde > chlorophylle > lutéine > chlorophylle A.
Pour tous les traitements, le cycle cellulaire a été arrêté dans la phase G0/G1, avec des cellules Hep3B faisant l’objet d’une nécrose ou d’une apoptose.

7 # Cancer du côlon et radicaux libres :
Titre : Composition chimique de 5 échantillons commerciaux Gynostemma pentaphyllum (Jiaogoulan) et leur piégeage des radicaux libres, ainsi que leurs propriétés antiproliférative et anti-inflammatoires.
D’Octobre 2010, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20939605

Extraits : Cinq échantillons de Gynostemma Pentaphyllum (GP, Jiaogoulan) ont été étudiés et comparés pour leurs compositions chimiques et leurs effets antioxydants, anti-prolifératifs (anti-cancer) et anti-inflammatoires.
Ces extraits ont tous montré une importante capacité de piégeage des radicaux libres. Les extraits à 100% d’éthanol ont également montré une inhibition dose-dépendante forte sur IL-6 et sur l’expression Ptgs2  de l’ARNm, et une faible inhibition de l’expression d’ARNm TNF-?.

En outre, le GP1 avait la plus forte activité anti-proliférative à 3,2 mg équivalent/ml de concentrationsur les cellules humaines HT-29 du cancer du côlon.

Les résultats de cette étude seront utilisés pour promouvoir l’utilisation du Jiaogoulan (G. pentaphyllum)pour améliorer la santé humaine.

8 # Cancer du sang, leucémie :
Titre : étude expérimentale sur les effets antileucémiques de gypenosides in vitro et in vivo.
De Mars 2011, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20702487

BUT : Les gypénosides (Gyp) trouvés dans le Gynostemma pentaphyllum Makino (Jiaogoulan), ont été utilisés comme médicament traditionnel depuis des siècles, et ont fait preuve de divers effets pharmacologiques, y compris des effets antileucémiques in vitro et in vivo.

Dans la présente étude, les Gyp ont été utilisés pour examiner les effets sur la viabilité des cellules, du cycle cellulaire et de l’induction d’apoptose in vitro. Ils ont été administrés dans le régime alimentaire de souris injectées avec des cellules cancereuses WEHI-3 in vivo.

RESULTATS : Les Gyp ont inhibé la croissance des cellules cancereuses WEHI-3. Ces effets ont été associés à l’induction de l’arret G0/G1, de changements morphologiques, fragmentation de l’ADN, et une augmentation de sous-phase G1.
Les Gyp ont favorisé la production d’espèces d’oxygène réactives, l’augmentation des niveaux de Calcium(2+), et induit la dépolarisation du potentiel de la membrane mitochondriale. Les effets des Gyp étaient fonction de la dose et du temps.

En outre, les Gyp ont augmenté les niveaux de protéine pro-apoptotique Bax, réduit les niveaux de protéines anti-apoptotiques des Bcl-2, et stimulé la libération de cytochrome c, AIF (facteur d’induction d’apoptose), et Endo G (endonucléase G) à partir des mitochondries.
Les niveaux de GADD153, GRP78, ATF6-alpha, et ATF4-alpha ont été augmentés par les Gyp, résultant en stress ER (réticulaire endoplasmique) dans les cellules cancereuses WEHI-3.

La consommation orale de Gyp a augmenté le taux de survie des souris injectées avec des cellules WEHI-3, utilisées comme modèle de leucémie chez les souris.

CONCLUSIONS: Les résultats de ces expériences fournissent de nouvelles informations sur la compréhension des mécanismes que les Gyp induisent sur l’arrêt du cycle cellulaire et l’apoptose in vitro, et dans un modèle animal in vivo.

9 # Cancer de la bouche :
Titre : Les Gypénosides causent des dommages de l’ADN et inhibent l’expression des gènes de réparation d’ADN des cellules cancéreuses SAS.
De Juin 2010, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20555000

Extraits : Les Gypenosides (Gyp) sont les principaux composants de Gynostemma pentaphyllum Makino (Jiaogulan), une plante de la médecine chinoise.

Récemment, les Gyp ont été montrés comme induisant l’arrêt du cycle cellulaire et l’apoptose dans de nombreux lignées cellulaires cancéreuses humaines.

Cependant, il n’existe aucune information disponible pour répondre aux effets des Gyp sur les dommages de l’ADN et la réparation de l’ADN associée à l’expression des gènes dans les cellules humaines du cancer de la bouche. Par conséquent, nous avons examiné si les dommages de l’ADN induits par les Gyp, par l’expression des gènes et la réparation de l’ADN dans les cellules humaines orales SAS cancer.

Les résultats de cytométrie en flux ont indiqué que les effets cytotoxiques induits par les Gyp conduisent à une diminution du pourcentage de cellules SAS viables. Les résultats de test ont révélé que l’incubation des cellules SAS en présence de Gyp, a conduit à une migration plus longue de l’ADN, en comparaison avec le contrôle, et cet effet était dose-dépendant.

Les résultats de l’analyse PCR en temps réel indiquent que le traitement des cellules SAS avec 180 mug/ml de Gyp pendant 24 heures, conduit à une diminution de 14-3-3Sigma, des protéines kinase (DNAPK), ADN-dépendante, sérine/thréonine, p53, de l’ataxie télangiectasie muté (ATM), de l’ataxie-télangiectasie et Rad3 liée (ATR), et de l’expression  de l’ARNm du gène du cancer du sein 1 (BRCA1).

Ces observations peuvent expliquer la mort des cellules cancereuses SAS provoquée par les Gyp.Pris dans leur ensemble, il s’agit des dommages d’ADN induits par les Gyp, et de l’inhibition de l’expression des gènes associés à la réparation d’ADN dans les cellules cancéreuses SAS in vitro chez l’homme.

10 # Cancer de la bouche :
Titre : Les Gypénosides inhibent la migration et l’invasion des cellules cancéreuses SAS du cancer de la bouche, par l’inhibition de la métalloprotéinase matricielle-2 -9 et de l’urokinase-plasminogène par ERK1 / 2 et des voies de signalisation NF-kappa B.
De Mai 2011, http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20511288

Extraits : Les Gypénosides (Gyp) trouvés dans Gynostemma pentaphyllum Makino 9Jiaogoulan), ont été utilisé en médecine traditionnelle dans la population chinoise depuis des siècles et sont connu pour avoir divers effets pharmacologiques, y compris anti-prolifératifs et anti-cancer.

Toutefois, les effets des Gyp sur la prévention de l’invasion et de la migration des cellules cancéreuses orales sont encore insatisfaisants.

Le but de cette étude était d’étudier les effets d’un traitement au Gyp sur la migration et l’invasion des cellules SAS du cancer oral humain. Des cellules SAS ont été cultivées en présence de 90 et 180 pg/mL de Gyp pendant 24 et 48 heures.

Les Gyp induisent des effets cytotoxiques et inhibent la migration et l’invasion des cellules SAS, de manière dose-et temps-dépendante.

Les Gyp ont diminué l’abondance de plusieurs protéines, y compris le facteur nucléaire-kappa B (NF-kB), la cyclo-oxygénase-2 (COX-2), extracellular signal-regulated kinase 1/2 (ERK1 / 2), la métalloprotéinase matricielle-9, -2 (MMP-9, -2), homologue sevenless (SOS), Ras, l’urokinase-type plasminogen activator (uPA), kinase d’adhésion focale (FAK) et RAC-alpha sérine / thréonine-protéine kinase (Akt).

En outre, les Gyp ont induit une diminution des niveaux d’ARNm de la MMP-2, MMP-7, MMP-9, mais n’ont pas affecté les FAK et de Rho A des niveaux d’ARNm dans les cellules SAS.

Ces résultats fournissent des preuves du rôle des Gyp comme puissant agent anti-métastatique, qui peut nettement inhiber la capacité métastatique et invasive des cellules cancéreuses orales.

Source : http://jiaogulan-info.com/etudes_scientifiques_jiaogulan_info_com.html

En savoir plus sur :
– Saponine, Wikipédia – Flavonoide, Wikipédia
– Gypénosides, Gynostemma pentaphyllum, Jiaogulan, Wikipédia
– Carcinome hépatocellulaire, Wikipédia – Leucémie myéloïde, Wikipédia
– Cellules PC-3, Wikipédia en Anglais seulement – Ginsénosides Rb3, Wikipédia en Anglais seulement