Mois : mai 2020

MMS, revue d’études scientifiques sur le ClO2 contre les virus

Ça y est j’ai fini de traduire les 83 études :O)

83 études scientifiques issues de PubMed sur le ClO2 comme virucide

Bonjour,

Pour mieux vous informer sur le MMS1 de Jim Humble, le dioxyde de chlore, l’ion ClO2, je viens de passer plusieurs jours à étudier des publications scientifiques sur le ClO2, pour trouver ce qui a été prouvé sur ses capacités à détruire les virus, et quels types de virus. 

Je n’ai traduit que le titre et les résumés et conclusions de ces études, évitant les redondances de sujets, et vous verrez que c’est assez facile à lire et à comprendre.

J’ai passé en revue uniquement les 83 résultats de PubMed (Publications Médicales) pour la recherche “chlorine dioxide virus”, mais il y en a beaucoup d’autres.

Par exemple la recherche PubMed “chlorine dioxide infection” donne 463 résultats (dont 45 en commun avec “virus”), et la recherche “chlorine dioxide bacteria” donne 585 résultats.

On voit donc que le ClO2 a été le sujet de nombreuses études scientifiques depuis des dizaines d’années, dans le milieu médical, mais aussi dans de nombreuses autres industries. Et c’est sans compter les publications uniquement nationales qui n’ont pas été traduites en Anglais, provenant de tous les autres pays, comme la Chine et tous les pays d’Asie qui ont chacun leur propre langage, l’Allemagne et tous les autres pays d’Occident qui ont chacun leur propre langue, l’Amérique du Sud, l’Afrique, le Moyen-Orient…

C’est très certainement des milliers d’équipes de scientifiques qui ont étudié le ClO2 sous toutes les coutures, depuis plusieurs décennies. Ceci démontre à quel point c’est un produit commun et bien connu. 

Et pourtant tout usage individuel est banni, pas interdit par la législation, mais banni par des forces apparemment au-dessus des lois. Par exemple les livres parlant du ClO2, des dizaines par différents auteurs, ont tous disparus et sont inaccessibles à l’achat. Pour avoir contribué bénévolement au développement du MMS depuis des années en aidant plusieurs de ses acteurs, j’ai reçu nombre de témoignages d’auteurs ou de vendeurs de MMS qui me parlaient des menaces qu’ils recevaient, des courriels d’intimidations provenant d’agences gouvernementales américaines, alors qu’ils n’étaient pas eux-mêmes citoyens américains, et résidaient à des milliers de kilomètres de ce pays.

 Les livres retirés des plateformes de vente en ligne, les sites internet fermés sans justification, les comptes en banque fermés pour cause de vente de MMS, même à l’autre bout du monde, et tout cela sans jamais avoir un seul jugement judiciaire officiel pour justifier de ces actions ! Il faut le vivre pour le croire, la force de ces groupes qui agissent au-dessus des autorités judiciaires, et pourtant s’appellent “agences gouvernementales”. Mais bon, ce n’est pas le sujet de ce travail.

J’ai fait ce long effort pour vous montrer ce que les scientifiques disaient, et disent encore, en Anglais, sur le ClO2, et ses capacités microbicides sont apparemment larges et efficaces.

Ces 83 études prouvent l’efficacité du ClO2 contre ces virus et bactéries :

Les virus :

  • Le coronavirus SRAS-CoV.
  • Le virus de la grippe humaine.
  • Les virus des grippes porcine et aviaire, H5N1 et H1N1.
  • Les virus de l’hépatite A, de l’hépatite B, de l’hépatite C (VHC).
  • Le virus VIH-1 du SIDA.
  • Le virus de la poliomyélite, poliovirus de type 1 (PV1), un Enterovirus.
  • Le virus de la rougeole, un morbillivirus de la famille des Paramyxovirus.
  • Le virus de l’herpès humain, herpes simplex virus (HSV).
  • Les papillomavirus, causant des maladies sexuellement transmissibles.
  • Les norovirus, dont norovirus humain (HuNoV), présents sur les aliments et qui provoquent la gastro-entérite.
  • Les rotavirus, dont humain d’origine hydrique (VRC) et simiens.
  • Les adénovirus, dont l’adénovirus humain.
  • Le virus calicivirus félin ou FCV, de la famille Caliciviridae, responsable de calicivirose chez les chats.
  • L’herpès félin et le parvovirus félin.
  • Le virus de la maladie de Carré, un paramyxovirus proche de l’agent de la rougeole humaine et de celui de la peste bovine.
  • L’adénovirus canin et le parvovirus canin.
  • Le virus de la fièvre catarrhale.
  • Le virus de la tremblante du mouton.
  • Les virus bactériophages PRD1, phiX174 et MS2.

Les bactéries :

  • La bactérie Staphylocoque doré.
  • La bactérie Escherichia coli O157, un sérotype d’Escherichia coli, responsable de la colite hémorragique, le syndrome hémolytique et urémique, et le purpura thrombotique thrombocytopénique.
  • La bactérie Salmonella Montevideo, qui provoque des gastros.
  • La bactérie Mycobacterium tuberculosis, responsable de la tuberculose, une mycobactérie comme le bacille de la lèpre.
  • La bactérie Mycobacterium terrae, provoquant des infections cutanées graves, qui sont « relativement résistantes à l’antibiothérapie ».
  • La bactérie Bacillus subtilis, qui peut exceptionnellement provoquer une intoxication alimentaire.
  • Les bactéries Pseudomonas aeruginosa, Acinetobacter baumannii.
  • La bactérie Mycobacterium avium, une mycobactérie opportuniste chez l’homme.
  • Le biofilm bactérien.

Les levures :

  • La levure Candida albicans, la plus importante du genre Candida.

L’étude 29 résume bien en une phrase les effets du dioxyde de chlore : 

“Le gaz ClO2 peut détruire toutes sortes de micro-organismes, y compris les bactéries, les spores, les champignons, les virus et même les protozoaires.”

Après la revue de ces 83 études scientifiques concernant tous ces agents pathogènes, responsables des pires maladies humaines qui y sont prouvés comme étant désactivables par le ClO2, on peut se dire finalement que Jim Humble n’a pas tout à fait tort en disant que cette molécule peut nous guérir de la grande majorité de nos maladies !

Je précise qu’il semble qu’aucun produit désinfectant étudié ne fonctionne dans tous les cas, avec tous les virus ou dans toutes les conditions de pH, de turbidité ou de température, mais ces études prouvent que le ClO2 est utilisé dans de très nombreuses industries, et a souvent plus d’efficacité que le chlore qui est beaucoup plus utilisé, peut-être car il est plus facile à stocker et à manipuler.

Mais pourquoi censurer les informations et les livres de Jim Humble et tous ceux sur le dioxyde de chlore auprès du grand public, alors que c’est un puissant désinfectant qui élimine nombre de nos agents pathogènes, et qui nous donnerait une autonomie individuelle en cas d’épidémie ou de pandémie, et même au quotidien pour nous maintenir en bonne santé sans devoir nous rendre dans des centres médicaux à chaque fois, engendrant des coûts que nous ne pouvons clairement plus supporter en tant que communauté.

Bien sûr, comme face à tout processus chimique, la biologie trouve un chemin pour continuer, et au fil du temps s’effectue une sélection d’organisme résistants. 

Selon ces études, des mutations d’organismes pathogènes peuvent les rendre résistants au ClO2, mais est-ce une raison suffisante pour en interdire l’utilisation par des particuliers ? Je ne pense pas, la raison doit être autre, car ils ne nous laissent même pas parler du ClO2.

Par exemple, tout le monde sait que des bactéries résistantes aux antibiotiques apparaissent de plus en plus, et que c’est dévastateur dans certains pays, mais on continue à utiliser ces antibiotiques. Donc l’information passe concernant les antibiotiques, mais pourquoi pas concernant d’autres désinfectants communs, comme le dioxyde de chlore, l’hypochlorite de calcium ou de sodium, ou le peroxyde d’hydrogène ?  

La situation se complique progressivement, mais ce n’est pas une raison valable pour occulter certaines méthodes qui aujourd’hui peuvent sauver des millions de vies et faire économiser des centaines de milliards qui pourraient être dépensés en recherche et pour la formation de scientifiques.

On pouvait penser que cela résidait dans “l’invincibilité” ou “la super puissance” du ClO2, mais ce n’est pas le cas, c’en est juste un parmi de nombreux désinfectants, et il n’est pas le plus efficace dans toutes les situations, donc il n’est pas “ultime” et à conserver comme “le moyen de la dernière chance”. 

Et pourtant des milliers de témoignages vidéo et écrits sont accessibles sur internet, même encore aujourd’hui malgré la censure grandissante des plateformes internet.

Alors pourquoi ne pas faire rentrer le ClO2 dans la pharmacie quotidienne, comme le sont d’autres désinfectant ou les antibiotiques ? C’est vraiment intrigant, n’est-ce pas ?

La recherche “chlorine dioxide virus” a fourni 83 réponses sur PubMed. En voici la traduction des abstraits : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=chlorine+dioxide+virus

Lisez tous les détails sur cette page de mon site dédiée :

Ou téléchargez cette page en PDF (53 pages, 209 ko), plus facile à faire passer à vos contacts :

http://lemineralmiracle.com/wp-content/uploads/2020/04/83-etudes-scientifiques-PubMed-pour-chlorine-dioxide-virus-.pdf

Voilà pour aujourd’hui, j’espère que cet effort servira à éclairer quelques esprits penseurs, utilisateurs ou chercheurs de plus :O) Bon confinement à tout le monde.

A bientôt j’espère, pour la suite…

David Giquello

Retour haut de page