Le président Obama déclare la grippe A «urgence nationale»

Article de RFI du 24/10/09 http://www.rfi.fr/actufr/articles/118/article_85966.asp

Les cas mortels de grippe A (H1N1) aux Etats-Unis inquiètent les autorités. Le président Barack Obama a signé l’ordonnance qui déclare l’état d’« urgence sanitaire » au niveau de tout le pays, alors qu’un millième décès dû à la maladie vient d’être recensé. L’état d’urgence doit permettre de mieux prendre en charge les malades. Selon les autorités médicales américaines, la grippe A est désormais largement répandue dans 46 des 50 Etats de l’Union.

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

Les autorités comparent la déclaration d’urgence à celle qu’ordonne le président à l’annonce d’un cyclone s’approchant des côtes. Tous les moyens fédéraux et locaux sont mis à la disposition des Etats concernés. Quarante six sont actuellement frappés par la grippe A, qui a fait des millions de malades et un millier de morts, dont près d’une centaine d’enfants. La mesure présidentielle doit permettre aux centres médicaux de mettre en place des opérations d’urgence, sans se conformer à certaines exigences fédérales.

Le problème, comme l’a expliqué la ministre de la Santé, Kathleen Sebelius, c’est que la demande de vaccins dépasse largement la production. Celle-ci prend beaucoup plus de temps que ce que les responsables de la Santé avaient annoncé. Sur les 120 millions de doses attendues à la mi-octobre, 11 millions seulement ont été distribuées jusqu’à présent aux hôpitaux et médecins.

Cela contraste avec l’abondance de vaccins contre la grippe normale, avec 85 millions de doses déjà disponibles. Il y avait eu une pénurie de ce type de vaccins, il y a quelques années, ce qui avait provoqué la panique, notamment chez les personnes âgées.

Pour la grippe A, en attendant qu’il y ait assez de vaccins pour tout le monde, ceux qui sont disponibles vont en priorité au personnel médical, aux femmes enceintes et aux enfants. Tels les fans de U2 qui attendent de longues heures pour avoir un billet, de longues queues se forment donc devant les centres de vaccination. Et, en Arizona, deux mères de familles ont campé toute la nuit devant une clinique pour être certaines que leurs enfants seraient vaccinés.

Retour haut de page