Mois : novembre 2009

Rappel du protocole pour les cancers

Traduction de la page http://jimhumble.biz/biz-cancer.htm

Les méthodes du MMS pour le cancer, prévention et remédiation

Cette procédure pour le cancer a été utilisée assez de fois pour nous convaincre que c’est la meilleure jusqu’à maintenant, pour les maladies mortelles. Les traitements des grippes et angines normales n’ont pas besoin d’être aussi intensifs que ce qui est décrit ici.

Cette méthode utilise 2 techniques différentes pour amener le dioxyde de chlore dans le corps. La première technique est ce que nous avons appelé le protocole 6 + 6 de Clara. C’est quand nous donnons à une personne 6 gouttes de MMS avec l’activation, et ensuite nous attendons 1 heure et donnons une autre dose de 6 gouttes. Beaucoup de choses étonnantes arrivent quand on utilise ce 6 + 6. Toutefois ce qui s’est développé à partir de cette méthode était d’utiliser le 6 + 6 trois fois par jour. Le matin, à midi et le soir avant d’aller se coucher.

Les résultats étaient assez époustouflant dans beaucoup de cas car je suggérais la plupart du temps d’utiliser les 2 méthodes ensemble. Les cancers séchaient et les tumeurs commençaient simplement à se désagréger, et d’autres problèmes commençaient à disparaître.

Vous savez probablement que nous ne disposons pas de millions, ni même de centaines de milliers de dollars pour la recherche scientifique, mais beaucoup de gens appellent, et je suggère des choses à faire, et certains rappellent pour dire comment ils vont. Je base mes conclusions sur ceux qui rappellent et ceux qui passent chez moi à Mexico.

On ne peut pas commencer en utilisant la technique de 6 + 6 avec une personne qui est très malade. Elle doit être traitée très précautionneusement. Nous commençons généralement, avec les nouveaux patients cancéreux qui sont très malades, avec des doses de 1 goutte. Donc nous utilisons 1 + 1. C’est à dire que nous préparons une dose d’une seule goutte et ensuite attendons 1 heure, puis donnons une seconde dose de 1 goutte. Nous faisons cela le matin, à midi et le soir. Cela représente 6 gouttes pour la journée, dans le cas d’une personne très malade. Certaines personnes pourront commencer avec 2 + 2. Encore une fois cela serait une dose de 2 gouttes, une attente d’une heure, puis une deuxième dose de 2 gouttes. Cela serait fait le matin, le midi et le soir avant de se coucher.

BIEN SUR, QUAND JE DIS 2 GOUTTES OU 5 GOUTTES DE MMS OU TOUT AUTRE NOMBRE DE GOUTTES, JE SOUS ENTENDS TOUJOURS QUE 5 GOUTTES D’ACIDE CITRIQUE A 10% OU DE JUS DE CITRON SONT UTILISEES POUR CHAQUE GOUTTE DE MMS. ON ATTEND ENSUITE 3 MINUTES AVANT D’AJOUTER DE L’EAU OU DU JUS DE FRUIT A LA DOSE. TOUJOURS, 5 GOUTTES D’ACIDE SONT AJOUTEES À CHAQUE GOUTTE DE MMS.

Dépendant du niveau de maladie de la personne, cela détermine le nombre de gouttes à utiliser dans les doses de départ. Une personne qui se porte bien pourrait démarrer à 6 + 6 gouttes.

Toutefois, quel que soit le nombre de gouttes de départ, si la personne n’en a pas de nausée le jour suivant, elle devrait augmenter le nombre de gouttes de 1 de plus. Si la personne a démarré avec 6+6, alors, le jour suivant, elle devrait passer à 7 + 7 trois fois dans la journée, et le jour suivant cela serait 8 et 8.

A chaque fois qu’on ressent une nausée, on doit toujours réduire de 1 ou 2 gouttes les doses suivantes, pendant jusqu’à un jour, avant de recommencer à augmenter. C’est la technique pour utiliser les doses 6 + 6 de Clara, à une heure de différence. Elles devraient être augmentées lentement, doucement 1 goutte de plus par jour, jusqu’à ce que vous soyez à 15 + 15. Cela peut prendre du temps pour en arriver là, car à ce moment le cancer devrait être presque complètement guéri. Souvent le patient aura la nausée et devra diminuer les gouttes.

LE PRINCIPE DE BASE COMMUN POUR TOUTES LES MALADIES MORTELLES EST DE TOUJOURS DONNER A LA PERSONNE AUTANT DE MMS QU’ELLE PEUT SUPPORTER SANS AVOIR LA NAUSEE OU UNE DIARRHEE.

CELA VEUT DIRE QU’AU LONG DE LA JOURNEE ON NE PREND PAS UNE SEULE GROSSE DOSE, MAIS BEAUCOUP DE DOSES CHAQUE JOUR, ET GENERALEMENT COMME JE L’AI DECRIT PRECEDEMMENT. LE SUCCES EST DETERMINE PAR LE FAIT QUE VOUS CONTINUEZ À AUGMENTER LA DOSE AUTANT QUE POSSIBLE. MAIS QUAND LA NAUSEE APPARAIT, REVENEZ EN ARRIERE EN REDUISANT LA TAILLE DES DOSES.

RAREMENT MAIS PARFOIS, UNE PERSONNE ARRIVERA À UN POINT OU ELLE REAGIRA AVEC BEAUCOUP DE DIARRHEE OU DE NAUSEE. STOPPEZ IMMEDIATEMENT ET ATTENDEZ JUSQU’A CE QUE LA NAUSEE OU LA DIARRHEE SOIT PARTIE, PUIS RECOMMENCEZ AVEC MOINS DE GOUTTES PAR DOSE, PARFOIS MOINS DE LA MOITIE DE CE QUE LA PERSONNE PRENAIT. TOUTES LES DOSES DEVRAIENT ETRE LES MEMES. PAR EXEMPLE 9 GOUTTES DE MMS, TOUTES LES DOSES DE LA JOURNEE DEVRAIENT ETRE DE 9 GOUTTES ECARTEES D’UNE HEURE, TROIS FOIS PAR JOUR (C’EST UN TOTAL DE 6 FOIS 9 GOUTTES). RAPPELEZ VOUS DE DONNER TOUJOURS AUTANT QUE PEUX LE SUPPORTER LA PERSONNE SANS AVOIR DE NAUSEE OU DE DIARRHEE.

Les mécanismes de toxicité du dioxyde de chlore contre les parasites du paludisme

Par le Docteur Thomas Lee Hesselink, MD. Septembre 2007
Traduction partielle de la page http://bioredox.mysite.com/CLOXhtml/CLOXilus.htm

Le chlorite de sodium (NaClO2) SodiumChlorite1 peut être acidifié, comme méthode pratique pour produire du dioxyde de chlore (ClO2) SodiumChlorite2 qui est un oxydant fort et un désinfectant puissant. Un protocole a été développé dans lequel une solution de ces éléments peut être prise oralement. Cette procédure élimine rapidement le paludisme et d’autres agents infectieux avec une seule dose. Le dioxyde de chlore (ClO2) est hautement réactif avec les thiols (RSH) , les polyamines , les purines , et certains acides aminés et le fer, qui sont tous nécessaires pour le développement et la survie des microbes pathogènes.

Correctement dosé, ce nouveau traitement est tolérable oralement avec des effets secondaires seulement transitoires. De plus amples recherches pour documenter l’efficacité contre le paludisme et d’autres infections sont nécessaires de toute urgence.

# La découverte
Jim Humble, un géologue en prospection aurifère, avait besoin de voyager de nombreuses fois dans des endroits infestés par le paludisme. Lui et ses employés allaient occasionnellement contracter le paludisme. A certains moments l’accès à des traitements médicaux modernes était absolument impossible. Dans de telles circonstances il fut trouvé qu’un produit utile pour désinfecter l’eau de boisson était aussi efficace pour traiter le paludisme, s’il était dilué et pris oralement. Bien que n’ayant pas reçu d’entraînement médical, Mr Humble eu la sagesse intérieure d’expérimenter avec différents dosages et techniques d’administration. Dérivant d’une telle nécessite, fut inventé un traitement facile à utiliser qui se trouva rapidement efficace dans presque tous les cas.

# Matériels et traitements
La procédure, telle qu’utilisée par Mr Humble, est la suivante:
Une solution standard de 28% de chlorite de sodium (NaClO2) à 80% (grade technique) SodiumChlorite1 est préparée. Les 20% restant sont un mélange des excipients habituels nécessaires à la fabrication et à la stabilisation des flocons ou de la poudre de chlorite de sodium (NaClO2). Ils sont principalement du chloride de sodium (NaCl) pour environ 19% , de l’hydroxyde de sodium (NaOH) pour moins de 1% , et du chlorate de sodium (NaClO3) pour moins de 1% .

Le chlorite de sodium actuellement présent (NaClO2) est donc 22,4%. En utilisant un compte-goutte de taille moyenne (25 gouttes par cc), la dose habituellement administrée par traitement est de 6 à 15 gouttes.
En terme de milligrammes de chlorite de sodium (NaClO2), cela fait 9mg par goutte, soit de 54mg à 135mg par traitement.
L’efficacité est accrue si, avant administration, les gouttes sélectionnées sont mélangées avec de 2,5 a 5 cc de vinaigre de table , ou de jus de citron ou de solution à 5 à 10% d’acide citrique , et laissées réagir pendant 3 minutes.
La solution résultante est toujours mélangée avec un verre d’eau ou de jus de pomme et prise oralement.

Les acides carboxyliques neutralisent l’hydroxyde de sodium (NaOH) et en même temps convertissent une petite portion du chlorite (ClO2-) SodiumChlorite1 en son acide combiné connu sous le nom d’acide chloreux .
Sous certaines conditions, l’acide chloreux (HClO2) oxydera d’autres anions de chlorite (ClO2-) SodiumChlorite1 et produira graduellement du dioxyde de chlore (ClO2).
SodiumChlorite2 Le dioxyde de chlore (ClO2) apparaît en solution sous une couleur de teinte jaune qui sent exactement comme le simple chlore (Cl2) .

La procédure décrite ici peut être répétée après plusieurs heures, si nécessaire. Des dosages considérablement plus petits doivent être administrés aux enfants ou aux personnes faibles, réduction suivant le poids corporel. La solution diluée peut être prise sans nourriture pour augmenter son efficacité, mais cause alors souvent des nausées. Boire plus d’eau résout souvent le problème. La nausée arrivera rarement si de la nourriture est présente dans l’estomac. De la nourriture contenant de l’amidon est préférable aux protéines, car les protéines absorbent le dioxyde de chlore (ClO2) SodiumChlorite2.

Il ne faut pas que soient présents de signifiants volumes de vitamine C (acide ascorbique) , à aucun moment de la préparation, ou alors elle détruira le dioxyde de chlore (ClO2) SodiumChlorite2 et le rendra inefficace.
Pour la même raison, des traitements aux anti-oxydants ne devraient pas être pris le même jour. D’autres effets secondaires temporaires ont été rapportés, tels que vomissement, diarrhée, mal de tête, étourdissement, fatigue excessive ou malaise.

# Explorer les bénéfices
J’ai entendu parler de la découverte de Jim Humble, pour la première fois à l’automne 2006. Que le chlorite de sodium (ClO2) ou le dioxyde de chlore (ClO2) puissent tuer les parasites in vivo me paru immédiatement raisonnable. Il est bien connu que de nombreux organismes causant des maladies sont sensibles aux oxydants. Plusieurs composés classifiables comme oxydes de chlore, tels que l’hypochlorite de sodium (NaClO) , et le dioxyde de chlore (ClO2) SodiumChlorite2, sont largement utilisés comme désinfectants.
Ce qui est nouveau et excitant ici, c’est que la technique de Mr Humble semble:
1) facile à utiliser,
2) agir rapidement,
3) fonctionner avec succès
4) apparemment ne pas avoir de toxicité,
5) être bon marché.

Si ce traitement continu à se montrer efficace, il pourrait être utilisé pour débarrasser le monde d’un des fléaux les plus dévastateurs. Ce qui me touche le plus est la sympathie que j’ai pour toute personne qui souffre d’une maladie fébrile débilitante. Je ne peux m’empêcher de penser à quel point je me sentais horriblement mal à chaque fois que j’ai attrapé la grippe. Comme cela doit être misérable de souffrir comme cela, encore et encore, tous les 2 ou 3 jours comme c’est le cas avec le paludisme. Des millions de personnes souffrent ainsi tout au long de l’année. De 1 à 3 millions de personnes meurent du paludisme chaque année, principalement des enfants. Ainsi motivé j’ai tenté d’apprendre tout ce qui était possible concernant la chimie des oxydes de chlore. Je voulais comprendre leurs mécanismes probables de toxicité envers les agents causant le paludisme (Les espèces de Plasmodium). Je voulais consulter la littérature disponible concernant les problèmes de sécurité et risques pour un usage humain.

# Les oxydants comme agents physiologiques
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Les oxydes de chlore comme désinfectants
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Le paludisme est sensible aux oxydants
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Cibler les thiols
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# L’hème (ferriprotoporphyrine IX) est un sensibilisateur d’oxydant
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Surmonter la résistance aux antibiotiques avec l’oxydation
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Quelques incompatibilités
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Systèmes de recouvrement des réductants
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Cibler le fer
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Cibler les polyamines
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Cibler les purines
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Cibler les protéines
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Mesures de sécurité
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais
# Plus de recherche scientifique
Non traduit, voir sur la page originale, en Anglais

Les références scientifiques sont disponibles sur demande auprès de l’auteur.

Retour haut de page